​Barron Trump moqué à outrance, la Maison Blanche hausse le ton

On ne s'attaque pas au fils du président. Barron Trump n'a que 10 ans et est déjà l'objet de toutes les moqueries. Les internautes s'en sont tout particulièrement donné à cœur joie le 20 janvier dernier, jour de l'investiture de son père Donald Trump à Washington. Certains, allant jusqu'à l'accuser d'être autiste.



​Barron Trump moqué à outrance, la Maison Blanche hausse le ton
Le fils du nouveau président des Etats-Unis était apparu l'air très souvent absent, baillant parfois même durant la cérémonie officielle qui s'est déroulée au Capitole, filmée par les caméras du monde entier.

Face à l'acharnement dont le jeune garçon fait l'objet, la Maison Blanche a choisi de riposter en publiant un communiqué officiel appelant à le laisser tranquille, comme tous les autres enfants de précédents présidents.

«Il existe une tradition ancienne selon laquelle les enfants des présidents peuvent grandir loin des projecteurs. La Maison Blanche s'attend à ce que cette tradition continue. Nous apprécions votre coopération sur le sujet», est-il demandé dans le document émanant, sans nul doute, de Donald Trump et de son épouse Melania.
 
Leur fils de 10 ans n'est pas seulement attaqué par des anonymes, mais aussi par des personnalités connues comme Katie Rich. Auteur dans l'émission américaine Saturday Night Live.  Cette dernière s'est attaquée à lui sur Twitter en postant le message suivant, depuis supprimé : «Barron Trump sera la première personne scolarisée à la maison à faire un massacre dans son école».

Les sanctions n'ont pas tardé à tomber puisque Katie Rich a été suspendue de ses fonctions et contrainte de présenter ses excuses. "Je m'excuse sincèrement pour ce tweet qui manquait de sensibilité. Je regrette profondément mes actes et mes mots blessants. C'était inexcusable et j'en suis désolée", a-t-elle posté.
 
Par ailleurs,  «tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo.
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre »,  peut-on lire dans le  communiqué. 
 

Aminata Diouf

Mercredi 25 Janvier 2017 - 12:28



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter