​ÉTATS-UNIS : UNE MÈRE ET SON FILS PRÊTS À ALLER EN PRISON POUR VIVRE LEUR RELATION INCESTUEUSE

Une mère de famille tombe amoureuse de son fils abandonné à la naissance et refuse de mettre un terme à sa relation incestueuse.



​ÉTATS-UNIS : UNE MÈRE ET SON FILS PRÊTS À ALLER EN PRISON POUR VIVRE LEUR RELATION INCESTUEUSE
Aux États-Unis, Monica Mares, 36 ans, a abandonné à la naissance son enfant à l’âge de 16 ans. Séparés, la mère et le fils n’auront plus de contact pendant 20 ans.
 
Cependant, en 2015, lors des fêtes de Noël, Peterson, alors âgé de 19 ans, souhaite retrouver sa mère biologique. Désormais mère de neuf enfants, il finit par la retrouver grâce aux réseaux sociaux. Et les retrouvailles seront loin d’être normales.
 
En effet, malgré leur lien de parenté, la mère et le fils tombent amoureux l’un de l’autre et finiront par avoir des relations sexuelles au bout de quelques semaines.
 
Peterson décide alors de déménager chez sa mère / compagne. Très vite, la situation est dénoncée aux autorités compétentes par des voisins et des appels anonymes, et aujourd’hui, la mère et le fils sont poursuivis par la justice américaine pour inceste ; un délit condamnable dans 50 états des États-Unis.
 
Cependant, Monica refuse de désister de son amour et déclare dans le Daily Mail :
 
Peterson est l’amour de ma vie. Ma famille l’aime, je l’aime. L’un de mes enfants l’appelle même papa. Vous voyez, rien, ni la justice, ni la prison, ne pourra nous séparer.
En attendant leur procès, Monica et Peterson ont tout de même été sommés de ne plus se fréquenter. Une mesure qu’ils semblent respecter puisqu’ils encourent chacun 18 mois de prison et 5 000 euros d’amende.
 
Après le procès, les deux tourtereaux envisagent tout de même de déménager dans un état des États-Unis où l’inceste n’est pas passible d’emprisonnement.
 
Le couple souffrirait d’attraction sexuelle génétique ou GSA qui consiste en une attirance sexuelle susceptible d’être ressentie, réciproquement ou non, entre personnes génétiquement proches — telles que frère et sœur, mère et fils, père et fille, etc. — à la faveur de retrouvailles tardives succédant à une longue séparation depuis la naissance ou la petite enfance.


Source: MinuteNews

Aminata Diouf

Mercredi 10 Août 2016 - 15:08



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter