​François Bayrou sera-t-il candidat? Le calendrier intenable du patron du Modem

Alors qu'il devait se prononcer avant la mi-février, le centriste évoque maintenant la date limite du 23.



​François Bayrou sera-t-il candidat? Le calendrier intenable du patron du Modem
C'était il n'y pas si longtemps. Le 31 janvier dernier, François Bayrou donnait rendez-vous à la mi-février pour annoncer sa décision quant à la présidentielle. Ce jour-là, sur TF1, venu faire la promotion de son livre Résolution française, il fermait définitivement la porte à un ralliement à François Fillon qui venait d'être éclaboussé par les prémices du Penelope Gate.
 
Il restait donc deux options au maire de Pau: se présenter une quatrième fois à la présidentielle ou soutenir Emmanuel Macron.
 
La mi-février est passée et le leader centriste n'a toujours pas fait part de sa décision. "Il ne l'a toujours pas prise", assure même son entourage quand on demande où en est l'ancien ministre. Alors quand faut-il attendre son choix? "La date limite qu'il s'est fixé c'est le 23 février juste avant que la période du dépôt des candidatures ne s'ouvre", précise-t-on au siège du Modem où l'on continue d'assurer que les 500 signatures ne seront pas un obstacle.
 
Ses proches refusent aussi d'évoquer la forme de son intervention. S'il ne manque pas de propositions médiatiques, François Bayrou tranchera en fonction de ce qu'il annoncera et il restera silencieux d'ici là. "La forme doit servir le fond", dit-on autour de lui.
 
Fillon ne renonce pas mais il n'en profite
 
Avec la défaite d'Alain Juppé à la primaire de la droite, François Bayrou a dû revoir ses plans et le calendrier qu'il s'était fixé n'a eu de cesse de connaître des turbulences. Quand il a évoqué, début décembre, la fin-janvier ou le début-février pour se prononcer, l'élu béarnais n'imaginait pas le trou d'air de la campagne du candidat des Républicains qui rebat les cartes à droite. Il pensait aussi qu'Emmanuel Macron ne tarderait pas autant à se dévoiler.
 
Puis fin janvier, François Fillon avait réclamé deux semaines de répit à ses partisans. Dans l'esprit de François Bayrou, un renoncement de l'ancien premier ministre aurait pu signifier le retour d'Alain Juppé qu'il aurait alors pu soutenir en vue de la présidentielle. Mais le maire de Bordeaux n'est pas parvenu à apparaître comme le recours incontournable et personne n'a pensé à François Bayrou comme un recours potentiel. La droite ayant conservé le député de Paris comme candidat, le centriste a pu espérer voir un espace s'ouvrir au centre-droit.
 
Seulement pendant qu'il faisait monter le suspense, les sondages n'ont pas suivi la même courbe. Il plafonne en sixième position des intentions de vote très loin de Jean-Luc Mélenchon cinquième, aux alentours de 5%. Pas très rassurant pour celui qui rêve d'être président de la République et qui a déjà connu une déconvenue en 2012. Pour sa troisième tentative, il n'a obtenu que 7% des suffrages, loin des 18% de 2007.
 
Macron rouvre la porte mais entretient le flou
 
Pour autant, il a fait savoir dimanche 12 février qu'il était "plus mûr" que jamais pour se présenter. Est-ce à dire que l'option Macron est définitivement écartée? Dans l'entourage de François Bayrou, on déplore toujours le flou entretenu par l'ancien ministre même si ce dernier a rouvert la porte. "J'ai toujours dit que la famille politique qu'a portée François Bayrou, et les convictions qu'il porte, se retrouvent dans notre rassemblement et ont vocation à travailler avec nous", a -t-il lancé vendredi sur Radio Classique. Ce n'est que le 2 mars qu'il lèvera définitivement le voile sur son projet. Trop tard pour l'agenda de François Bayrou. Pour trancher définitivement, celui-ci devra se contenter du cadrage budgétaire qu'Emmanuel Macron livrera le 22 février.
 
Dans l'esprit de Jean Lassalle, son ancien compagnon de route, il n'y a cependant pas de doute. "Il sera candidat, moi je le sais depuis le premier jour. (...) Il ne me l'a pas dit, mais on se connait, c'est dans son ADN", a-t-il déclaré sur iTélé.
 

Khadim FALL

Dimanche 19 Février 2017 - 10:02



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter