​Gabon: décompte terminé à la Cour constitutionnelle, l’heure du verdict approche

Au Gabon, on est tout près de savoir si Ali Bongo a, oui ou non, bien été réélu à la tête du pays lors de la présidentielle du 27 août. Le camp de son adversaire Jean Ping avait déposé un recours devant la Cour constitutionnelle, la plus haute juridiction du pays, pour obtenir un recomptage des voix dans le Haut-Ogooué. Dans cette province, le chef de l'Etat a obtenu 95 % des voix et arraché sa victoire. Depuis, l'opposition crie à la fraude. Cet après-midi, le juge rapporteur qui a instruit ce recours doit présenter son rapport final.



Selon une source bien informée, la Cour aurait terminé ce jeudi matin la vérification des procès-verbaux de tous les bureaux de vote du pays. Il y en a environ 2 800. L'opération avait commencé hier après-midi en présence des neuf juges de la Cour, de juges assistants et d'observateurs étrangers.
 
En effet, une délégation de juristes de l'Union africaine est à Libreville. Des experts venus du Niger, du Togo, du Cap-Vert, du Tchad et emmenés par Mohamed el-Hacen ould Lebatt, professeur de droit et ancien ministre mauritanien des Affaires étrangères.

Ce jeudi après-midi, vers 15 heures, aura lieu une audience publique, retransmise en direct. Dans la salle, il y aura tous les autres juges de la Cour. L'un d'eux aura été détaché afin d'être commissaire à la loi, c'est-à-dire pour défendre les textes législatifs et les intérêts de la société. Le juge rapporteur, qui a instruit ce recours, présentera alors son rapport.
 
Procédure opaque pour l’opposition
 Opposition et majorité pourront ensuite faire des observations. Enfin, le commissaire à la loi donnera des recommandations. Ce sera alors pour les juges le moment de délibérer pour rendre leur verdict et confirmer ou non la victoire d'Ali Bongo.
 
L'opposition dénonce déjà une procédure opaque de la Cour. Maître Bantsantsa, avocat de Jean Ping, souhaitait qu'une commission avec représentants des candidats soit créée pour recompter les PV du Haut-Ogooué. Maître Nkéa, avocat d'Ali Bongo, juge l'instruction normale et il se dit serein à l'approche du verdict.


Source: Rfi.fr

Aminata Diouf

Jeudi 22 Septembre 2016 - 12:21



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter