PRESSAFRIK.COM ,  L'info dans toute sa diversité



​Huitième Assemblée annuelle : L’AFCOP identifie les facteurs clés du développement

La communauté Africaine de Pratiques (AfcoP) a tenu sa huitième Assemblée annuelle 2017 ce lundi à Dakar. Cette coalition de dirigeants de la zone UEMOA et COMESA est mis en place pour accélérer l’intégration régionale dans dix-sept pays suivant une approche axée sur les résultats.



Face à la presse, Victoria Chisala, Chef de Division de la performance (SNDR) à la Banque Africaine de Développement (BAD) et Coordinatrice du projet AfCoP est revenue sur la communauté de pratiques accès sus les résultats. «Au nom de la BAD, je voudrait vous  réitérer le soutien que nous  apportons à l’initiative AfcoP. Nous soutenons le travail de l’AfcoP, parce que nous soutenons la contribution que ce travail apporte au développement de l’Afrique et au bien-être des africains. Et le projet qui avait été mis en place par la banque».
 
Pour elle, il faut plus de résultats : « Nous avons besoin de voir que le développement de quelque chose se passe effectivement en Afrique et pour cela, nous avons besoin de résultat. Pour y arriver, nous avons besoin de planification et de stratégies. Mais aussi pour améliorer la vie des gens, il faut un comportement conséquent en rapport avec la culture des résultats».  
 
Poursuivant, Madame Chisala d’ajouter: «De façon très bref à propos du projet, la BAD à commencé son soutien à ce projet de AfcoP en 2012. Mais la communauté en tant que telle, existe depuis 2007. Ce soutien se penche sur plusieurs angles : nous avons des axes sur le leadership, sur les résultats, la redevabilité, le sujet d’évaluation, la budgétisation et d’autres axes encore impliqués dans le projet. Au départ, nous avions 17 pays qui sont déjà passés à 18 aujourd’hui, avec deux communautés économiques régionales, le Marché Commun de l’Afrique Orientale et Australe (COMESA) et l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) ».
 
Seydou Yaye, Co-Président de l'AfCop et Directeur général du Plan, Ministère de la planification du Niger a lui, fait savoir qu’«en 2000, la communauté internationale avait adopté ce qu’on appelle communément les objectifs du millénaire pour le développement (OMD). Et dans le processus, parce que ces OMD étaient chiffrés, et il fallait trouver le financement. Ainsi les partenaires se sont posés des questions thématiques clés visant à promouvoir une culture des résultats en Afrique…».
 
Le représentant du Ministre du PSE a lui souligné qu’«au Sénégal, grâce au leadership du Président Macky Sall, la gestion axée sur les résultats est définie comme une stratégie de gestion reposant sur les avancées du développement et l’amélioration durable des réalisations nationales. Cette pratique en symbiose avec la vision du  Chef de l’Etat est d’atteindre réellement  et plus efficacement les résultats escomptés en termes de développement».





Lundi 20 Février 2017 - 11:17



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter