​Protection des droits des enfants: l’UNICEF renforce les radios communautaires

La cérémonie de remise de matériels à l’Union des Radios Associatives et Communautaires du Sénégal (URAC) par l’Unicef (Fonds des Nations Unies pour l'Enfance, en français) a eu lieu cet après-midi. Dans le but de promouvoir la survie, la protection et le développement des enfants, un partenariat a été noué entre les deux (2) entités.



​Protection des droits des enfants: l’UNICEF renforce les radios communautaires
Ladite remise de matériels s’inscrit dans le programme des Radios Communautaires (RC) qui font parties des membres de l’URAC qui sont dans la région de Tambacounda, Sédhiou, Kolda, Kédougou et le district sanitaire de Podor. Dans ce partenariat, l’UNICEF a procédé à deux (2) ateliers pour renforcer les RC dans la pratique de la diffusion des informations liées à l’enfant.  

«Ces ateliers nous ont permis de tirer un certain nombre de leçons telles que l’immense espoir que ce projet a suscité au près des acteurs des RC parce que ce renforcement des capacités nous a permis d’avoir des outils nécessaires pour pouvoir améliorer le contenu de nos émissions mais aussi d’entrevoir des perspectives de collaborations qui pourront peut être au-delà des  localités citées ci-dessus, de permettre aux RC de faire face à un certain nombre de fléaux qui ne font  que plomber le développement de notre pays parce que tout simplement ne prenant pas en compte les droits les plus élémentaires de l’être humain», explique Talla Dieng, président de l’URAC. 

La représentante de l’UNICEF Sénégal souligne, de son côté, que «les journalistes et animateurs des radios communautaires ont un rôle incontournable dans le progrès de leur communauté et donc du pays». «On ne peut pas sous-estimer les rôles importants des personnes qui travaillent dans la communication et les média», ajoute-t-elle. 

Laylee Moshiri de poursuivre: «Etant partie inséparable de leur communauté et responsable direct devant des communautés qu’elles servent, les radios communautaires s’efforcent de mobiliser la participation citoyenne puisque les autres média, les objectifs sociaux et adressent les inquiétudes et les sujets spécifiques à leur contexte à des groupes de populations très spécifique».

Pour le directeur de la Communication, qui a pris part à la cérémonie, «la communication de proximité est irremplaçable et si nous voulons vraiment transformer positivement notre société, nous devons passer par les radios communautaires». Et, «nos dirigeants ne connaissent pas l’importance des radios communautaires car si vous entrez à l’intérieur du pays, vous allez vous rendre compte que ces radios communautaires ont une importance capitale», avance-t-il. 

 C’est pourquoi, Alioune Dramé se dit «leur avocat au niveau de l’Etat pour qu’on les soutiennent dans la formation et dans tous les domaines pour qu’ils se professionnalisent d’avantage et qu’ils aient beaucoup plus de moyens».  

Aminata Diouf

Mercredi 10 Mai 2017 - 20:57



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter