​R. Kelly accusé de séquestrer des femmes et d'être le gourou d'une secte

Une enquête du site américain BuzzFeed affirme que le chanteur, déjà accusé de pédophilie par le passé, maintiendrait en esclavage des fans. Le chanteur dément.



​R. Kelly accusé de séquestrer des femmes et d'être le gourou d'une secte
Elles seraient six. Une femme de 31 ans, qui initie les nouvelles venues à la sexualité avec R. Kelly. Une femme de 25 ans, fan du rappeur depuis sept ans. Une jeune femme de 19 ans, mannequin. Une auteure de chanson, âgée de 26 ans, ayant débuté sa relation avec le chanteur quand elle n'en avait que 19. Et une chanteuse de 18 ans, qui serait la "préférée" de l'artiste. Ces femmes vivraient, selon le site BuzzFeed, dans l'une des villas dont dispose R. Kelly à Atlanta et Chicago. Et elles seraient sous son emprise.
 
D'abord séduites par la douceur de l'artiste, et fans de son parcours musical, ces jeunes femmes n'auraient pas hésité à rejoindre l'interprète de I Believe I Can Fly, pensant mener avec lui une vie confortable et - peut-être - booster leur propre carrière. Sauf que le rêve se serait rapidement transformé en cauchemar: les six jeunes femmes ne seraient libre de rien. Elles devraient ainsi demander l'autorisation pour prendre un bain, pour utiliser leur téléphone (c'est un téléphone qui ne servirait qu'à contacter l'artiste), ou quitter la ville. Ces six jeunes femmes n'auraient plus aucun contact avec leur famille, hormis les traditionnels textos de bonne année et d'anniversaire. 
 
Plusieurs extraits audio sont disponibles dans l'article de BuzzFeed: on entend R.Kelly changer de sujet quand l'une de ses "compagnes" lui demande de l'aide pour lancer sa carrière chanteuse. "Je préfère te développer toi, indique-t-il. Les chansons, ce n'est pas un problème. On peut toujours faire un tube." 
 
Elles doivent l'appeler "papa"
 
Cheryl Mack, l'ancienne assistante personnelle de R. Kelly, Kitti Jones et Asanta McGee, deux anciennes "recrues" de R. Kelly, témoignent longuement sur le pouvoir manipulateur de l'artiste, désormais âgé de 50 ans. Le chanteur appellerait ainsi ses six compagnes "bébé" et les contraindrait à les appeler lui-même "papa". 
 
Quand il ne les filme pas lors de leurs relations sexuelles, il leur demande de ne porter que des joggings, afin que leur silhouette ne soit pas exposée au grand public. Lorsqu'il reçoit des invités masculins, les six jeunes femmes seraient priées de faire face au mur, afin de ne pas être vues. 
 
Que leur arrive-t-il en cas de désobéissance? Les jeunes femmes seraient punies physiquement et verbalement. "R. Kelly est la personne la plus gentille que vous pouvez rencontrer, explique Asanta McGee à BuzzFeed. Mais Robert [le vrai prénom de l'artiste], c'est le diable."
 
Plusieurs parents tentent désormais de récupérer leur fille, et trois familles ont porté plaintes. Mais la situation est complexe: les jeunes femmes concernées ont l'âge légal pour vivre une relation "amoureuse" avec Kelly, et n'ont, surtout, pas vraiment disparu. Un père témoigne de sa dernière rencontre avec sa fille, en 2016. "C'était comme si elle avait subi un lavage de cerveau. Elle avait l'air d'une prisonnière, c'était horrible. Je l'ai enlacée. Elle répétait qu'elle était amoureuse de Kelly, et qu'il s'occupait d'elle. Je ne sais plus quoi faire. J'espère que quand je la récupérerai, je pourrai l'inscrire à un programme pour les victimes de secte. J'aurais aimé pouvoir arrêter ça à temps."
 
Kitti Jones, elle, explique que cela lui a pris du temps pour réaliser ce qui était en train de se produire. "J'étais coincée. Les gens me disaient que j'étais une idiote, mais j'ai mis longtemps pour me dire qu'ils avaient raison. Et maintenant, je parle parce que j'espère aider certaines de ces filles."
 
R. Kelly soupçonné d'abus depuis 17 ans
 
R. Kelly a un lourd passif avec la justice américaine: en 2000, les reporters du Chicago Sun-Times Jim DeRogatis et Abdon M. Pallasch avaient publié le premier article faisant état d'accusations d'abus sur mineures, en provenance de dizaines de jeunes femmes. En 2008, en Illinois, R. Kelly avait été acquitté dans une affaire de pédopornographie: dans une vidéo, on pouvait voir l'artiste en pleine relation sexuelle avec une jeune fille de 14 ans. 
 
Le procès n'avait toutefois pas inclus des témoignages selon lesquels Kelly abuserait régulièrement de jeunes filles, profitant de son statut de célébrité. Son mariage avec la rappeuse Aaliyah, qui avait 15 ans lors des noces en 1994 (alors que Kelly en avait 27), n'a, par exemple, pas été pris en compte dans le verdict final. 
 
R. Kelly, lui, a toujours clamé son innocence. D'ailleurs, il a fini par répondre à l'article de BuzzFeed dans un communiqué de presse. "Robert Kelly est à la fois alarmé et perturbé par les récentes révélations qu'on lui attribue. M. Kelly nie totalement de telles accusations."
 
Jocelyn Savage, 21 ans, fait partie des jeunes femmes qui seraient détenues par R. Kelly. Elle défend fermement R. Kelly dans une interview donnée à TMZ. "Je ne suis pas otage. Je ne suis pas de lavage de cerveau. Ça va trop loin. Je veux dire à mes parents et au monde entier, que je vais très bien. Je ne fais rien que je n'ai pas envie de faire."


afriquefemme

Mercredi 19 Juillet 2017 - 15:37



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter