​Un lance-roquettes saisi dans un local à vélo à Saint-Denis

L'arme de guerre a été retrouvée jeudi 17 août avec des explosifs et plusieurs kilogrammes de cannabis. Alors que deux personnes ont été mises en examen, les élus locaux réclament plus de moyens.



À Saint-Denis en Seine-Saint-Denis, un impressionnant arsenal de guerre a été découvert dans la cité Jacques-Duclos jeudi 17 août: dans ce quartier dit difficile, les forces de l'ordre sont tombées sur un lance-roquettes, des explosifs, du matériel de police mais aussi plusieurs kilos de cannabis. Deux hommes de 30 et 40 ans ont été mis en examen et écroués pour trafic d'armes et de stupéfiants samedi à Paris, selon Le Parisien.

Dans la cache d'armes se trouvaient, avec le lance-roquettes anti-char, trois pains d'explosif tolite, deux fusils à pompe, des munitions de calibre 12 et 9 mm, 40 kg de résine de cannabis, de l'argent liquide, des gyrophares de police et des gilets pare-balles. D'après Stéphane Peu, le député (PCF-LFI) de la circonscription, témoignant auprès de l'Agence France Presse, cette saisie a eu lieu dans un local à vélo.
Un agent de la ville entendu
 
Deux suspects, surveillés depuis plusieurs semaines, ont été interpellés et placés en garde à vue lors de la saisie. D'après le quotidien, ils étaient connus des services de police. Lors des interrogatoires, les deux hommes de 30 et 40 ans ont reconnu être propriétaires des armes trouvées, sans pour autant préciser leur provenance.

«Plusieurs personnes ont été entendues», dont un gardien d'immeuble âgé de 40 ans et récemment recruté par Plaine commune habitat, a indiqué Stéphane Peu. De son côté, le bailleur souligne que «si des charges devaient être retenues contre lui, une procédure de licenciement serait immédiatement lancée». Plaine commune habitat, qui gère plus de 18.000 logements sur sept communes de Seine-Saint-Denis, a ajouté avoir alerté la préfecture à «maintes reprises» sur la «situation grave» de cette cité.

L'opération de jeudi est «l'arbre qui cache la forêt» à Saint-Denis où plusieurs cités sont «gangrenées» par le trafic, a regretté auprès de l'AFP Madjid Messaoudene. Cet élu de la ville en charge de la lutte contre les discriminations réclame des renforts policiers: «par rapport au nombre d'habitants, il manque 200 policiers à Saint-Denis si l'on compare avec Paris», a-t-il déploré.

» Lire aussi - Saisie de 500 kg de cannabis à Saint-Denis: 3 personnes écrouées

La saisie de jeudi est la deuxième saisie d'importance en quelques mois sur la commune. En novembre, un camion transportant 500 kg de cannabis en provenance d'Espagne avait été intercepté par les douanes au moment où il entrait dans un local municipal de Saint-Denis. Trois hommes soupçonnés d'être impliqués dans ce trafic, et dont l'un travaillait pour la mairie, avaient été mis en examen et écroués.

En août 2015, un lance-roquettes avait également été aperçu lors d'un règlement de compte à Saint-Ouen, une ville voisine de Saint-Denis. Les forces de l'ordre avaient alors lancé un appel à témoin afin de retrouver l'arme de guerre, en vain.

LE FIGARO.fr

Lundi 21 Août 2017 - 11:13



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter