1998 et 2010: Chuck Blazer admet avoir reçu des pots-de-vin

L'ancien président de la CONCACAF Chuck Blazer a admis avoir reçu des pots-de-vin pour les Mondiaux 1998 et 2010, selon le procès-verbal de son audition, publié mercredi. Mais la candidature française de 1998 n'est pas spécifiquement mise en cause par Blazer.



1998 et 2010: Chuck Blazer admet avoir reçu des pots-de-vin
Nouvelle révélation dans le scandale de corruption qui touche la FIFA. Ancien président de la CONCACAF et informateur pour le FBI, Chuck Blazer a admis avoir reçu des pots-de-vin pour les Mondiaux 1998 et 2010. «Durant ma collaboration avec la FIFA et la CONCACAF, parmi d'autres choses, je me suis mis d'accord avec d'autres personnes, autour de 1992, pour faciliter l'acceptation d'un pot-de-vin en lien avec la sélection du pays hôte pour la Coupe du monde 1998», aurait-il expliqué, selon le procès-verbal de son audition, publié mercredi par la justice américaine.
 
La France, qui était notamment en concurrence avec le Maroc pour obtenir le Mondial 1998, n'est toutefois pas mise en cause par Blazer. Dans un autre document publié également mercredi, Blazer a précisé à la justice américaine qu'il avait été invité au Maroc par le comité de candidature marocain avec celui qui est désigné par la justice américaine sous le nom de «complice n°1». «Blazer était présent lorsqu'un représentant du comité de candidature marocain a offert un pot-de-vin au complice n°1 en échange de sa voix pour le Maroc dans le scrutin pour le pays-hôte de la Coupe du monde 1998 et le conspirateur n°1 a accepté le pot-de-vin», indique ce dernier document.
 
La semaine dernière, les autorités américaines avaient affirmé que le Trinidadien Jack Warner, ancien président de la CONCACAF, aurait sollicité, et obtenu, des pots-de-vin dans le cadre du processus d'attribution du Mondial 1998. Blazer avait plaidé coupable en novembre 2013 notamment de racket et blanchiment d'argent. Les Mondiaux 1998 et 2010 avaient été respectivement attribués à la France et à l'Afrique du Sud. En charge de l'organisation du Mondial 1998, Jacques Lambert avait répondu qu'il n'y avait «pas eu à l'époque de demande d'argent» de la part de Jack Warner.
L'équipe.fr
 


Mercredi 3 Juin 2015 - 21:36



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter