1ère édition de Ciné Droit Libre à Dakar : Intense plaidoyer pour le respect des droits de l’homme et de la liberté d’expression



1ère édition de Ciné Droit Libre à Dakar : Intense plaidoyer pour le respect des droits de l’homme et de la liberté d’expression
La première édition du Festival Ciné Droit libre se tiendra à Dakar du 14 au 19 Avril.  Les initiateurs du festival ont organisé ce mercredi une conférence de presse pour expliquer les objectifs de cet événement consacré aux films sur les droits humains et la liberté d’expression en Afrique et bâti autour du triptyque : «un film, un thème, un débat » le programme de la 1ère édition est organisé autour de l’interrogation : «Où va l’Afrique? ».
 
En effet, organisé avec  le soutien financier de Open Society Institute For West Africa (OSIWA) et de l’Institut Français de Dakar, « CINE DROIT LIBRE», explique Luc Damiba, ce festival alternatif  contourne les censures, CINE DROIT LIBRE  et propose une plateforme de nouvelles formes de diffusion alternative de films souvent qualifiés de « politiquement incorrects », des films qui dérangent les consciences de certains leaders politiques, des films polémiques mais surtout des films éducatifs. Innovation également dans les espaces que l’on crée autour de ce label Ciné Droit Libre à travers le slogan «  un film, un sujet, un débat ».
 
«Ciné droit libre cherche à questionner les certitudes, à douter sur les préjugés tenaces, à débattre même sur les questions qui fâchent, à donner la parole non seulement aux cinéastes, aux défenseurs des droits humains mais également au public pour que se produise  un dialogue franc et direct », dit-il avant d’ajouter que c’est un carrefour de rencontres entre cinéastes, défenseurs des droits humains et cinéphiles se veut aussi un espace d’innovation et de production artistique. 
 
Pour Charles Vieira Sanchez de l’ONG Article 19,  il s’agit de poursuivre les objectifs de sociétés africaines ouvertes, conscientes et intéressées par les enjeux du monde et des grands défis auxquels l’Afrique doit faire face ». C’est dans ce cadre que plusieurs invités internationaux dont Aminata Traoré (Ecrivain, ancien ministre, Mali), Saidou Penda (Cinéaste, Cameroun - Côte d’Ivoire), Jean-Pierre Bekolo (Cinéaste, Cameroun - France) , Gideon Vink (Cinéaste, Burkina-Pays-Bas), Doumbi Fakoly Doumbia (Ecrivain, Mali), Bakary Ouattara (JRI, Burkina), Jacqueline Moudeina (Avocate affaire Habrè, Tchad), Mehdi Ba (Cinéaste - Journaliste, Sénégal-France), Isabelle Gattiker (Cinéaste, Suisse) , Smockey Bambara, (Rappeur, Burkina Faso), Monza (Rappeur, Mauritanie)  participeront à cette première édition.
 
Au cours de cette conférence  Mme Afia Asare-Kyei de l’ONG OSIWA a exprimé la conviction de son organisation sur le fait que le cinéma soit un puissant media narratif des tranches de vies, un levier de changement, une matrice de transformation sociale’’.
Correspondance particulière Hamidou Sokomo

Jean Louis DJIBA

Mercredi 9 Avril 2014 - 23:50



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter