2014: Une chaude année pour les malades mentaux errants (ASSAMM)



L’année 2014 s’en va, laissant derrière elle, des malades mentaux errants, toujours en attente d’être pris gratuitement en charge au plan médical pour pouvoir regagner la société grâce à un programme de réinsertion que nous avions élaboré depuis l’an 2000. Conséquence de tout ce temps perdu pour la concrétisation de notre projet en leur faveur, plusieurs d’entre eux ont vécu l’enfer à travers le pays.


A Tambacounda, par exemple, qui a été le théâtre d’assassinats sauvages, perpétrés sur neuf malades mentaux errants, pour des raisons jusqu’ici mystérieuses, malgré une plainte contre X, déposée par le Président de l’Association Sénégalaise pour le Suivi et l’Assistance aux Malades Mentaux (ASSAMM), Ansoumana DIONE auprès des autorités judiciaires locales. Ensuite, au-delà de ces graves faits, jamais connus dans l’histoire de notre pays, nombreux ont été ces individus innocents, ayant perdu la vie, en pleine rue, dans des conditions inhumaines, faute d’assistance, à Rufisque, Dakar, entre autres et récemment à Thiès où un malade mental errant, nommé Issakha et âgé environ de soixante dix ans, est retrouvé mort dans un égout au fond duquel il s’était malheureusement refugié pour fuir le froid qui sévit actuellement dans cette ville non loin de la Capital Sénégalaise.


A tous ces maux, s’ajoute la confiscation par le Ministre de la Santé et de l’Action Sociale, de l’unique Centre d’Encadrement et de Traitement que l’ASSAMM leur avait trouvé en 2004 à Kaolack pour leur prise en charge médicale gratuite et leur réinsertion dans la société. Ensuite, vient la suspension avec bien sûr le consentement du Professeur Awa Marie Coll SECK,  de la subvention annuelle de ladite Association, d’un montant de cinq cent mille francs Cfa, depuis l’année dernière, par le Directeur Général de l’Action Sociale, le Docteur Cheikh N’DIAYE, totalement indifférent des souffrances indescriptibles que vit cette couche extrêmement vulnérable de notre société.
 

Heureusement, l’année 2015 arrive avec un lot d’espoirs pour ces malades mentaux errant à travers le pays, au nombre de plus de deux mille cent quatre vingt douze (2192), de retrouver enfin leur chance de bénéficier gratuitement de soins adéquats au niveau de ce Centre de Kaolack qui, de toutes les façons, ne sera jamais transformé en centre de formation avicole pour les quelques malades mentaux chroniques de l’Hôpital psychiatrique de Thiaroye, folle ambition irréfléchie et incontrôlée du Ministre Awa Marie Coll SECK. En effet, cet avenir très radieux s’est subitement dessiné avec l’engagement du Chef de l’Etat Macky SALL à faire du problème des malades mentaux et des structures spécialisées, une priorité que tous les acteurs de la santé mentale apprécient à sa juste valeur.


C’est dans ce sens d’ailleurs, en tant qu’organisation légalement constituée, que l’ASSAMM vient de lui décerner en cette fin d’année 2014, un titre honorifique de Grand Défenseur des Malades Mentaux pour mieux l’encourager à s’occuper correctement des droits et intérêt de ces personnes trop longtemps marginalisées par la société.


 

Ansoumana DIONE

Mercredi 31 Décembre 2014 - 11:51



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter