24 heures après l’annonce de son recul du PDS, Amadou Niang nommé par Macky Sall



24 heures après l’annonce de son recul du PDS, Amadou Niang nommé par Macky Sall

De la transhumance qui ne dit pas son nom. Pour l’heure, c’est ce constat qui est là. Un jour après l’annonce de son recul par rapport à la politique selon ses propres mots dans une lettre adressée à ses frères libéraux du Parti Démocratique Sénégalais, l’ancien ministre du commerce sous Wade atterri à l’Office Nationale de Lutte contre la Corruption (OFNAC) où il vient d’être nommé parmi dix (10) membres lâchés hier jeudi, à l’issue du conseil des ministres.


En effet, Amadou Niang, Commissaire aux enquêtes économiques, principal de classe exceptionnelle et non moins ancien ministre de commerce sous Wade trône en première place de la liste. Ce, à côté d’Ibou Yabou Ndiaye, Conseil des affaires étrangères, Mme Kaïré Sow Fall, magistrat, Me Abdou Kane, avocat à la Cour, Mme Aminata Sakho, Conseil en organisation de classe exceptionnelle, Moctar Sow, officier de gendarmerie, El Hadji Niang, professeur titulaire de la Faculté de Médecine et de Pharmacie (consumériste) et Amacodou Diouf, membre de la société civile, un autre ancien ministre sous Diouf cette fois-ci et ancienne Présidente du Conseil d’Administration (PCA), Mme Aïssata Niang Ndiaye (Inspecteur principal du Trésor de classe exceptionnelle) et le commissaire Codé Mbengue, ancien Inspecteur général de la police.


Sous la houlette de Nafi Ngom Keïta, ils auront la lourde tâche de lutter contre la corruption au Sénégal. Une nomination intervenue 24 heures seulement après l’annonce de son « recul » du PDS. L’ancien ministre du commerce a décidé de prendre du recul par rapport à la politique.  Amadou Niang qui a fait l’annonce de son désistement, n’a  pas manqué de remercier ses frères libéraux pour la solidarité qui a marqué leur collaboration. Il comptait rencontrer le coordonnateur du PDS, Oumar Sarr pour lui annoncer sa décision de vive voix mais le tête-à-tête n’a pas eu lieu. C’est à travers une lettre que le désormais ex-responsable libéral explique les raisons de son recul de l’ancien parti au pouvoir qui a basculé dans l’opposition le soir du 25 mars 2012. 


Vendredi 3 Janvier 2014 - 16:47



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter