36ème congrès d’ATA : Le Sénégal renoue avec le marché américain

En prélude à la tenue du 36ème congrès mondial annuel d’Africa Travel Association (ATA) et du salon tourisme, Industries Culturelles, Artisanat d’Art (TICCA), le ministre de l’artisanat, du tourisme et des relations avec le secteur privé et le secteur informel, Thierno Lo a tenu cet après midi une conférence de presse. Un prétexte pour revenir sur les opportunités qu’offrent le Sénégal et les bénéfices que le pays peut en tirer.



36ème congrès d’ATA : Le Sénégal renoue avec le marché américain
Des retombées financières, un bon lobbying au pays de l’oncle Sam et enfin de compte la promotion de la destination sénégalaise, sont entre autres les principaux objectifs que s’est fixé le ministre du tourisme Thierno Lo en organisant avec Africa Travel Association (ATA) ce 3ème congrès au Sénégal et en invitant ATA à revenir au Sénégal. En effet, selon le ministre avec la tenue de ce salon, il y aura des retombées de près d’1 million de dollars et la présence de 300 délégués entre autres. Le ministre d’insister : « il faut vendre la destination sénégalaise et ATA offre d’importantes opportunités à saisir et que seul, le Sénégal ne peut réussir ».
Le congrès constitue en effet, une plate forme unique de réseautage, de perfectionnement et de participation à la mise en place de l’agenda touristique africain. Le ministre a, ainsi, fait savoir qu’il compte tirer du salon le maximum possible et avec leur politique de diversification de l’offre, le Sénégal compte vendre sa destination. Le pays regorge de sites touristiques qui peuvent faire rêver en plus de sa station balnéaire, un atout que compte utiliser Thierno Lo pour atteindre ses objectifs.

En effet, le Sénégal avait rompu ses relations avec l’ATA en 1992 mais depuis 2011, le partenariat a été repris pour permettre au Sénégal de bénéficier d’opportunités qu’offre le marché américain.

Lors du salon, il sera débattu du partenariat public privé, de la mise en marché du continent et de l’élaboration de son image de marque, des nouvelles tendances, des marchés de niche ainsi que de l’accessibilité du continent africain aux sociétés aériennes et hôtelières. Et, il est attendu la présence du ministère du tourisme, d’experts de l’industrie, des représentants des offices de tourisme, des agences de voyages, des grossistes, des opérateurs terrestres, des compagnies aériennes ainsi que des hôteliers.

Marième FAYE

Jeudi 17 Mars 2011 - 05:01



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter