4 milliards de F CFA injectés dans le Projet SHOW pour «réduire durablement les décès néonataux et infantiles»

Le lancement du projet Strengthning Health Of Outcomes for Women and Cheldren (SHOW) a été fait ce mardi par le Ministre de la Santé et de l’Action Sociale, Awa Marie Coll Seck. Un projet réalisé avec l'appui financier du gouvernement du Canada par l'entremise d’Affaires mondiales Canada dans les régions de Dakar, Louga, Kaolack, Sédhiou, Ziguinchor, Tambacounda et Kédougou.



Awa Marie Coll Seck s’est félicitée du lancement de ce projet SHOW.  «Le projet SHOW de Plan International en appui au Sénégal, également à d’autres pays dans le monde comme le Bangladesh, Haïti. Mais pour l’Afrique, nous avons le Ghana le Sénégal. C’est un projet qui va aider à la réduction de la mortalité maternelle et infantile. Au niveau du Sénégal, certaines régions ont été ciblées. Des régions où l’on observe le plus haut taux de mortalité. Aussi les grosses villes et les régions qui ont quelques difficultés comme celle de Kaolack, et Dakar avec sa banlieue», a déclaré le ministre de la Santé et de l'Action sociale.


Et d'ajouter qu': «il y aura des activités de renforcement du Système de santé avec les infrastructure, la logistique, mais également les activités qui correspondent à la demande des populations. Et au niveau communautaire, qu’elles puissent avoir toutes les informations. Et nous allons avoir sur 4 ans, 8 500 000 dollars canadiens, soit 4 milliards de F CFA, qui vont être injectés dans les régions citées».

Le ministre a aussi rappelé la baisse régulière des indicateurs liés à la mortalité maternelle et infanto-juvénile éloquente. « De 410 décès pour 100 000 naissances vivantes en 2005, la mortalité maternelle est passée à 320 décès pour 100 000 naissance vivantes ». Cependant, dit-elle, «il persiste encore (parce que) 4 femmes meurent par jour au Sénégal à la suite d’une grossesse ou un accouchement. C’est encore quatre (4) décès de trop tous les jours, et ce d’autant plus que la plupart de ces morts sont évitables. Il faut accélérer le rythme afin d’atteindre les objectifs et réduire durablement les décès néonataux et infantiles ».

Poursuivant, le professeur Awa Marie Coll Seck a fait savoir que «les taux en rapport avec la mortalité infanto-Juvénile ont connu certes une baisse significative entre 2005 et 2011 et sont passés de 35%‰ à 29‰ pour la mortalité néonatale, de 61‰ à 47‰ pour la mortalité infantile et de 121‰ à 72‰ pour la mortalité infanto-Juvénile ». Par ailleurs, Awa Marie Coll Seck a profité de cette journée du 8 mars pour rendre un hommage à toutes les femmes qui se battent pour la santé et le bien-être des enfants, des personnes âgées, des malades, des familles et des communautés.




Mercredi 9 Mars 2016 - 05:44



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter