77 morts dans une catastrophe ferroviaire en Espagne: la vitesse à l’origine de l’accident ?

Au moins 77 personnes sont mortes dans le déraillement d'un train, mercredi soir 24 juillet, près de Saint-Jacques-de-Compostelle, dans le nord-ouest de l'Espagne. Cette tragédie, parmi les plus graves de l'histoire du pays, pourrait être due à une vitesse excessive. Le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, est attendu sur place dans la journée de ce jeudi.



77 morts dans une catastrophe ferroviaire en Espagne: la vitesse à l’origine de l’accident ?

Le train venait de Madrid et se dirigeait vers El Ferrol sur la côte atlantique. La catastrophe s’est produite à 20 h 42 à quatre kilomètres de la gare de Saint-Jacques-de-Compostelle, sur un tronçon de voie à grande vitesse, mais dans un virage serré situé à proximité d'une zone d’habitation où la vitesse est justement limitée à 80 km/h.

La presse espagnole évoque un train qui entre dans le virage à plus de 180 km/h, mais il faudra attendre la lecture de la boîte noire pour connaître la vitesse réelle au moment de l'accident. Ce que l'on sait, c'est que plusieurs voitures sont sorties de la voie, s'empilant les unes sur les autres. Une des voitures a été projetée en l'air, jusque sur un terre-plein, ce qui donne une idée de la violence du choc.

Au moins 77 morts et plus de 140 blessés

Alors qu'il y avait 222 personnes à bord du train, un bilan encore provisoire fait état de 77 tués et de 143 blessés. Un passager raconte avoir fait plusieurs tonneaux. Le bruit était celui d’une explosion selon les habitants aux alentours qui sont intervenus très vite pour porter secours aux blessés et aux survivants.

Quand les équipes de secours officielles sont arrivées, ils ont défilé toute la nuit pour donner leur sang. Des grues sont toujours en activité pour dégager les voitures.

Mariano Rajoy attendu sur place

Le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, qui est né à Saint-Jacques-de-Compostelle, est attendu sur place dans la journée. « Je souhaite exprimer mon affection et ma solidarité avec les victimes du terrible accident de train de Saint-Jacques », a-t-il déclaré via son compte Twitter.

Depuis Rio de Janeiro au Brésil, où il a donné le coup d'envoi des Journées mondiales de la jeunesse catholique, le pape François a, de son côté, invité à prier pour les victimes et leurs familles.


RFI

Jeudi 25 Juillet 2013 - 12:31



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter