A 7 jours de l’ouverture du procès de son mari, Mme Habré parle

"Nous sommes en position de combat", lance Fatime Raymonne Habré. L'épouse de l'ancien président Tchadien se prononce ainsi à sept (7) jours du démarrage du procès d'Hissein Habré, 20 juillet, devant les Chambres Africaines Extraordinaires (CAE).



A 7 jours de l’ouverture du procès de son mari, Mme Habré parle
 «Nous sommes en position de combat face à une grande coalition médiatique et politique financée par les pays Occidentaux et Idriss Déby », accuse de l’ancien président dans les liens de la détention depuis le 2 juillet 2013 au Sénégal. A ce propos, Fatime Raymonne habré se veut claire : «C’est un combat que nous menons sur tous les fronts, médiatique, politique et mystique ». Et pire, dit-elle: «En ce mois saint, nous sollicitons à travers nos prières et notre jeûne que le Tout-Puissant protège le Président Habré qui est toujours sans soins depuis sa crise cardiaque. La situation n’a pas changé d’un iota malgré tout ce qu’on a eu à dire. C’est inquiétant ».
 

Mais nous irons puiser au plus profond de ce que nous sommes pour faire face à l’arbitraire et à tous les abus que nous subissons », prévient cette dernière. Selon madame Habré: «Ce procès va édifier la jeunesse africaine sur plusieurs points importants. Tout d’abord, les pays Occidentaux qui nous pillent quotidiennement, ont tous la même position, le même discours sur toutes les questions concernant l’Afrique, leurs dirigeants,… ». Et pour elle: «Le Sénégal est utilisé pour diffuser et accréditer cette fausse image de l’Afrique par le procès Habré… ».
 
 
Concernant le refus de son mari de comparaître, Fatime Raymonne  Habré est catégorique dans une interview accordée au « Le populaire ». «Le président Habré a une position légitime et légale en refusant de comparaître. Dans l’ensemble des juridictions pénales internationales, le refus de comparaître est posé expressément et il n’y a jamais eu une comparution forcée », fixe-t-elle. Ce, en déplorant que dans le cadre de ce procès : «Ils veulent forcer, violer la loi pour humilier le président Habré et faire plaisir aux Occidentaux ». 


Lundi 13 Juillet 2015 - 09:16



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter