«A compter du lundi, les enseignants ayant reçu des réquisitions ont 24 heures», (Gouvernement)

Et c’est reparti. Le bras de fer continue. Après les réquisitions très très mal accueillies par les enseignants, le gouvernement hausse le ton : «A compter du lundi 13 juin 2016, à 8 heures, les concernés disposent d’un délai de vingt-quatre (24) heures pour se conformer à l’ordre de réquisition», lit-on dans un communiqué du ministre, porte-parole du gouvernement, Seydou Guèye.



Mamadou Lamine Dianté du SAEMS-CUSEMS
Mamadou Lamine Dianté du SAEMS-CUSEMS
Serigne Mbaye Thiam met en garde les «enseignants dûment réquisitionnés qui ont soit refusé de recevoir notification de leur réquisition, soit refusé d’y déférer». Pis, «à compter de ce lundi 13 juin, (ces derniers) ont un délai de 24 heures pour se conformer à l’ordre de réquisition», prévient la tutelle qui prévient qu’ «en sus des sanctions pénales prévues aux articles 7 du Statut général des fonctionnaires et L. 279 – m du Code du travail, le refus de déférer à un ordre de réquisition expose le contrevenant à diverses sanctions disciplinaires, applicables sans la procédure du conseil de discipline… ».
 
«La révocation avec suspension du droit à pension, pour le fonctionnaire au licenciement sans préavis, ni indemnité autre que, le cas échéant, l’indemnité compensatrice de congé pour l’agent non fonctionnaire» constituent les sanctions encourues. 


Reste à savoir quelle sera la réaction des enseignants menacés ? Dans tous les cas le Grand cadre se réunit ce samedi pour réagir. 


Samedi 11 Juin 2016 - 07:08



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter