A l’instar de Moubarack, Bibo Bourgi à la barre en chaise roulante

Absent à la barre à l’ouverture du procès, Bibo Bourgi a reçu un mandat d’amener qui le contraint à répondre au tribunal. Du coup, il s’est présenté à la barre en chaise roulante. Après sa présentation, il a rejoint le box des prévenus.



Bibo Bourgi, archive
Bibo Bourgi, archive
Le juge a autorisé Bibo Bourgi à rejoindre la clinique où il est interné, précisant qu’il est à la disposition de la Cour. « Il est totalement à la disposition de la Cour les opérations d’expertise ont pour mission si son état de santé est compatible d’assister à l’audience avec ou sans assistance médicale.

Demain Bibo a rendez-vous avec les deux experts que vous avez commis. Nous attendons les conclusions de ces expertises. Il y a de vrais risques pour la santé de Bibo et c’est la raison pour laquelle que je rappelle notre déontologie c’est d’être respectueux le serment de défendre notre client », s’est empressé de martelé son avocat. 
 
Le président a rétorqué : « la Cour a bien ordonné une expertise. Il faut respecter les règles et procédures, il fallait faire une demande de dispense de comparution et le certificat médical. Pour des raisons humanitaires, on l’autorise à retourner à la clinique. Demain aussi il a rendez-vous avec les médecins à 10h il est dispensé ».


 Mais l’avocat de l’homme d’affaires, Bibi Bourgi n’a pas désarmé. Me Guédel Ndiaye a lancé sur un ton amer : « c’est une expertise cardiologique et urologique que vous avez demandé. Je suis choqué parce que la cour savait et était bien au courant que Bibo était à la clinique et qu’il avait rendez-vous avec ces médecins »
 


Jeudi 31 Juillet 2014 - 17:21



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter