A la frontière turque, les djihadistes reculent après des frappes aériennes

Un répit pour Kobané-Aïn Al-Arab ? Alors que la ville kurde en Syrie semblait en passe de tomber entre les mains de l'Etat islamique (EI), les djihadistes se seraient retirés, dans la nuit de mardi 7 octobre et mercredi 8 octobre, de plusieurs positions qu'ils occupaient après des raids aériens de la coalition pour appuyer les combattants kurdes. Des responsables, joints dans la ville par l'agence Reuters, témoignent :



« Ils sont désormais à l'extérieur des entrées de la ville de Kobani. Les tirs et les bombardements ont été très efficaces et il en a résulté que l'EI avait été délogé de nombreuses positions. »
Selon Rami Abdel Rahman, le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) :
« Les combattants de l'EI ont été contraints de se retirer de certains secteurs de l'est d'Aïn Al-Arab [le nom arabe de Kobané] et de la périphérie sud-ouest. [Leurs] positions arrière ont été touchées par les frappes causant des victimes dans leurs rangs et endommageant au moins quatre de leurs véhicules. »

Des frappes aériennes qui ont repris mercredi, selon des journalistes présents du côté turc de la frontières, à quelques centaines de mètres de la ville syrienne.


le monde

Mercredi 8 Octobre 2014 - 13:19



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter