AFP-Malick Gackou à Moustapha Niasse: "C’est quoi le problème… "

Le second de Niasse sort de sa réserve. Le n°2 de l’Alliance des Forces de Progrès (AFP) était hier à la réunion politique dudit parti. Face à Niasse qui fait dans l’insulte pour avertir contre toute candidature face au président Sall en 2017, Malick Gackou ne voit pas de problème. Ceci, « si la majorité souhaite cette candidature ».



«L’AFP n’est pas un parti qu’on hypothèque», tels sont les propos du n°2 de l’AFP. Malick Gackou répond ainsi à Moustapha Niasse qui l’accuse d’être derrière les jeunes. « J’ai un grand sentiment de fierté pour l’AFP. Cela fait seize (16) ans maintenant que nous faisons tout ce qui est possible et impossible pour porter le Président Moustapha Niasse à la magistrature suprême. Mais par la grâce de Dieu et Sa Magnanimité, cela n’a pas été possible…Nous sommes sur le chemin de la construction de l’AFP, comme le premier parti politique au Sénégal. Le 10 mars, ce qui s’est passé, est un hold up politique.


Puisqu’une frange du bureau politique de l’AFP a décidé sans concertation aucune avec les cadres, les femmes, les jeunes, ni aucune instance du parti, de soutenir la candidature du Président Macky Sall en 2017», sert le n°2 de l’AFP qui dit n’avoir aucun problème avec le président Sall mais c’est ce choix d’assurer un avenir à son parti qu’il ne veut pas trahir. «Ce que nous voulons, c’est garantir à l’AFP, un avenir politique et en faire la première formation du pays. C’est ce choix que nous ne voulons pas trahir. C’est pourquoi les jeunes se sont réunis à Bandia le 17 janvier 2015, les cadres aujourd’hui, disent non à l’anarchie, au népotisme et à l’unanimité de façade qui fait croire que l’AFP est satisfaite de sa collaboration avec l’APR. Nous sommes un parti digne, un parti avec des valeurs…


Selon Malick Gackou dans « l’Observateur »: « ce ne sont pas des personnes ou des postes qui importent pour nous, simon, je n’aurais pas démissionné du gouvernement. Mais ce qui est important, c’est le Sénégal et l’avenir des Sénégalais. C’est pourquoi, debout l’AFP a montré la voie. C’est ça le choix du parti, maintenant on ne peut pas partager ce choix mais je vous assure que la majorité des militants et des militantes a fait ce choix. Chacun est libre dans notre parti d’avoir un candidat…Pour l’ancien ministre du Commerce, «il n’y a aucun problème. La minorité n’a qu’à soutenir le candidat qu’elle veut mais la majorité dit non ». 


Vendredi 23 Janvier 2015 - 10:56




1.Posté par Mane Moussa le 23/01/2015 14:13
Et pourtant, il y a plus d'un an, dans un de mes articles, je mettais en garde ces jeunes des partis, AFP et APR. Comme ils commencent à s'en rendre compte, leurs dirigeants ne partagent pas la vision même politique qu'eux. Pour NIASSE, une certaine "fierté", de quel ordre, je l'ignore, semble conduire sa démarche politique. M. NIASSE a une haute idée de sa personne qu'elle croit destinée à présider le Sénégal parce qu'il avait été très jeune était copté par le Président SENGHOR et puis par le Président Diouf. Aussi, sans l'avouer, il se fonde sur son origine familiale pour croire qu'il ne mourra pas sans exercer cette haute fonction de président de la république. Et pour qu'il rata ce rendez-vous avec l'histoire, il a fallu que le Président WADE le débarque de l'alternance de 2000 puisqu'il voulait jouer la fonction d'un président bis et qu'en plus, le président WADE se soit présenté à la présidence de la république en 2012 pense-t-il. Et comme NIASSE est rancunier et méchant, il délègue à Mackhy le sale travail que ne peut pas faire contre le Président WADE et sa famille; par conséquent, Macky doit rester pour assouvir sa vengeance. Aucun intérêt ne motive le soutien de NIASSE à Macky que celui de la vengeance et de la haine envers le Président WADE. Et avec le temps, ces jeunes comprendront et n'hésiteront pas à utliser les voies de la justice pour s'accaparer du parti et ses biens.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter