APR-violence : le maire de Matam, Mamadou Woury Diaw entendu par le commissaire central




Il est passé ce matin. En effet, neuf (9) jours après les affrontements entre militants de l’Alliance Pour la République (APR) de Matam, la machine judiciaire s’est mise en branle. Du ballet des responsables de l’APR qui sont dans le viseur du Procureur près du Tribunal régional, c’est Mamadou Woury Diaw, le maire de Matam qui a ouvert les débats. Convoqué ce lundi à 09 heures, il était à 08h30 dans les locaux du commissaire de police de Matam. Après quelques minutes d’audition par le commissaire central,  il est ressorti pour rejoindre son bureau à l’hôtel de Ville. Ensuite, ce fut le tour du président du Conseil d’Administration de la SONES qui est accusé d’être l’instigateur des événements politiques de début février mais qui n’a pas encore entendu par les enquêteurs.


Son face-à-face avec le commissaire aura lieu en début d’après-midi du fait d’une coupure d’électricité qui a empêché son audition dans la matinée selon le correspondant de la Rfm. Pour ce qui est du cas de Farba Ngom qui a brandi une arme à feu avant de nourrir des tirs de sommations, sa convocation n’est pas à l’ordre du jour même si soulignent ces proches, après quelques jours de déplacement à Dakar, son retour est imminent à Matam. Convoqué par le Procureur près du Tribunal régional de Matam, le député avait défié ce dernier en refusant de déférer à ladite convocation. Le « griot du président » a invoqué son immunité parlementaire. 


Lundi 10 Mars 2014 - 13:57



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter