Abdoul Aziz Sow brise le silence



Abdoul Aziz Sow brise le silence

Presque absent de l'espace public depuis la débâcle de Me Wade, l'ancien délégué général pour l'organisation du Festival mondial des arts négres (FESMAN), a abrisé le silence. Accroché à Kaolack, l'ancien ministre de la Communication a parlé de sa gestion controversée du FESMAN qu'il a co-géré avec Syndiély Wade. Il a aussi cogné sur les transhumants qui occuppent les devant de la scéne politique ces drniers temps.


Quand certains anciens dignitaires du défunt régime transhument à gogo vers les prairies marron-beige, l'ancien ministre porte-parole sous Me Abdoulaye Wade se perd dans des conjectures. Pour Abdou Aziz Sow qui se dit meurtri par la transhumance, "le prétexte de pérégrination servi, du genre tel ou tel m'a appelé ne tient pas la route".


L'ex-Délégué général du Festival mondial des arts nègres (Fesman) se dit d'autant plus ulcéré que certains noms qui étaient même collés à l'image de l'ex-chef de l'Etat, Abdoulaye Wade tel un habit de Déjanire puissent, à la perte du pouvoir, renier tout, pour migrer.


Le conseiller rural à Toubacouta croit dur comme fer que la politique ne doit pas être un boulot. C'est pourquoi, d'ailleurs, ce comptable de profession a décidé de se concentrer dorénavant à son Cabinet, apprend-t-on sur l'As.


Ayant subit plusieurs auditions par plusieurs corps de contrôle de l'Etat au sujet de sa gestion du Festival mondial des arts nègres (Fesman), dans le cadre de la traque des biens supposés mal acquis, l'ancien Délégué général du Fesman n'a manifesté aucune colère. «Depuis mars 2011, je fais l'objet de contrôle de façon discontinue sur la gestion du Festival, mais je ne crie pas comme une chèvre», a déclaré l'ancien porte parole du Gouvernement, au motif que la République marche ainsi, invoque Abdou Aziz Sow.



Samedi 12 Avril 2014 - 11:06



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter