Abdoulaye Baldé-Crei : «Il faudra la laisser aller jusqu’au bout».

Abdoulaye Baldé, l’un des principaux dignitaires de l’ancien régime indexé par la Cour de répression de l’enrichissement illicite, n’est pas pour la suppression de celle-ci. En effet, le maire de Ziguinchor déclare vouloir que la Crei aille jusqu’au bout de sa logique, ne serait-ce que pour leur donner la chance de prouver leur innocence.



Abdoulaye Baldé-Crei : «Il faudra la laisser aller jusqu’au bout».
Abdoulaye Baldé, l’ancien directeur exécutif de l’Agence nationale pour l’organisation de la Conférence islamique (Anoci), ne veut pas que la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei) soit supprimée. En effet, selon lui la Cours doit aller au bout de sa logique et ne pas se limiter simplement à poursuivre les libéraux. Le secrétaire général de l’Union centriste du Sénégal (Ucs) pense que la Crei doit aussi poursuivre certaines personnes qui sont avec le pouvoir. «Si le processus actuel se poursuit, il faut le maintenir. On ne peut pas poursuivre une catégorie de personnes, les jeter en pâture et se réveiller pour dire que la Crei n’existe plus. Il faudra la laisser aller jusqu’au bout», a-t-il déclaré sur les ondes de la Rfm.

L’ancien ministre des Forces armées sous le régime d’Abdoulaye Wade, qui est placé sous contrôle judiciaire par la Crei, veut ainsi se donner les moyens de prouver son innocence et l’origine licite de ses biens.

Ousmane Demba Kane

Lundi 18 Mai 2015 - 09:25



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter