Abdoulaye Baldé sur le dossier de l’ANOCI : « On n’a jamais appelé ma mère pour dire j’ai bien travaillé… »

L’ex-Directeur exécutif de l’Agence nationale pour l’organisation de la conférence islamique (Anoci), Abdoulaye Baldé, maire de Ziguinchor demande que ses efforts soient magnifiés. Dans la même logique, le maire Baldé réclame désormais le beurre et l’argent du beurre. Il ne veut pas qu’on lui donne une partie et retirer l’autre. « Quand il y avait les fruits de tout cela (de la gestion de l’Anoci), j’étais exclu, maintenant, parce qu’il y a un soupçon de problème, on dit que c’est moi », indique M. Baldé.



Abdoulaye Baldé sur le dossier de l’ANOCI : « On n’a jamais appelé ma mère pour dire j’ai bien travaillé… »

« J’assume. C’est moi, si c’est bon, si ce n’est pas bon, c’est moi, il faut tout me donner. Il ne faut pas me donner une partie et retirer l’autre », souligne-t-il dans un entretien accordé au journal « Le Quotidien ».

Abdoulaye Baldé fait remarquer, avec un brin d’humour, qu’on n’a jamais appelé sa mère pour lui dire que son fils avait bien travaillé. Il reste serein et assume la responsabilité qui a été sienne dans la gestion de l’Anoci. Il estime que ni lui, ni Karim, et personne dans l’équipe n’ont à se reprocher.

« A l’Anoci, nous n’avons aucune crainte. Nous avons une des meilleures gouvernances d’Agence dans ce pays. Parce que Karim Wade a été là, parce que c’était le fils du Président, parce qu’on ne voulait pas en faire un success-story, ça l’aurait lancé, les gens se sont mis à inviter des chiffres, en racontant n’importe quoi. Ce qui est loin de la réalité. Nous avions une gouvernance bien définie », martèle le maire de Ziguinchor.

En ce qui concerne les doutes sur la gestion, il ajoute : « Au niveau de l’Anoci, il y avait le Conseil de surveillance dans lequel tous les ministères impliqués avaient des services techniques. Il y avait les organisations de la société civile, comme la Raddho, le Forum Civil, le Synpics, tous ont prouvé nos programmes. Chaque fois qu’on terminait un budget, ils nous donnaient un quitus. C’est vrai que j’étais Directeur Exécutif, c’est moi qui signais et ça suivait un processus. Il y avait d’abord une commission des marchés, le contrôle financier, le ministère des finances. Pour qu’un marché soit exécutoire, il devait être approuvé et c’est Macky Sall qui approuvait ces marchés ; il était Premier ministre. Les gens oublient ça, ils font du tollé ».
« En tout cas moi je suis tout à fait serein, comme l’est Karim Wade et tous ceux qui nous ont accompagnés. Les gens ont travaillé en toute honnêteté, nous avons tout donné pour que ce sommet réussisse. Si on a changé Dakar aujourd’hui, c’est grâce à l’Anoci », selon l’ex-directeur exécutif de ladite Agence.

 



Vendredi 15 Juin 2012 - 10:12



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter