Abdoulaye Mbaye Pekh : « Mon seul regret, c’est de n’avoir pas appris le Saint Coran »

Projeté sous les feux de l’actualité par la malencontreuse affaire de la caricature du fondateur du mouridisme, Cheikh Ahmadou Bamba, le fils de Pekh, une bourgade perdue dans le baol. Abdoulaye Mbaye Pekh, a jeté une pierre lui aussi dans le jardin de « Jeune Afrique », ce magazine qui a osé caricaturer Serigne Touba, son guide. Ce féru et fin connaisseur des courses hippiques, évoque à cœur ouvert de sa vie.



Abdoulaye Mbaye Pekh : « Mon seul regret, c’est de n’avoir pas appris le Saint Coran »
Abdoulaye Mbaye Pekh, est de la race de ses personnes qui ont la chance de roder autour du pouvoir, la haute sphère de l’Etat, la présidence de la République, qui depuis Abdou Diouf a toujours eu son griot. Ses accointances avec Me Abdoulaye Wade sont connues de tous. Dans les milieux religieux Mbaye Pekh, a toujours frayé la voix pour son mentor de président. Et, quand il parle de Wade père c’est avec démesure qu’il s’y prenne.

Ulcéré par les caricatures du magazine Jeune Afrique sur Serigne Touba, Abdoulaye Mbaye Pekh, en bon talibé mouride n’a pas raté l’occasion de jeter la pierre à l’auteur de cet acte condamnable « Ils combattent Serigne Touba, mais  ils ne feront que renforcer l’amour que les fidèles ont pour lui. Ajoutant que la France connait bien Serigne Touba », peste t-il. Furieux de l’attitude de Jeune Afrique, celui qui s’arroge le titre de griot de Serigne Touba est toute griffe dehors contre le magazine panafricain, en dépit des excuses des responsables de JA « Ils ont été dépassés par l’affaire.
 
Ils ont commis une grosse bourde et ils en sont conscients. Cheikh Ahmadou Bamba a toujours pardonné à ceux qui l’ont offensé. D’ailleurs je suis satisfait de la réaction du président Macky Sall. C’est une bonne chose qu’il est clairement défini sa position »,  tempête t-il dans le journal Observateur. Mais s’il existe un souvenir qu’il rechasse de son vie c’est bien le fait de n’avoir pas fréquenté l’école coranique « Je n’ai qu’un seul regret, ne pas avoir appris le Saint Coran », regrette Abdoulaye Mbaye Pekh. 

Khadim FALL

Dimanche 7 Février 2016 - 10:01



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter