Abdourahmane Diouf de Rewmi sur la pénurie d’eau : « C’est dramatique et l’Etat reste sans réaction »



Abdourahmane Diouf de Rewmi sur la pénurie d’eau : « C’est dramatique et l’Etat reste sans réaction »

Ancien Directeur Général de la SONES, la pénurie d'eau constaté sous nos cieux depuis jeudi ne laisse pas indifférent Abdourahmane Diouf, chargé des élections de Rewmi qui n’y va pas de mains mortes pour décliner les responsabilités du régime en place.

« une panne c’est un accident et un accident par définition n’est pas prévisible donc de ce point de vue on peut comprendre mais ce qui est assez dramatique c’est que cela dure autant et sans pour autant qu’on est une réaction officiel du gouvernement et c'est ça qui m’intéresse pour avoir été DG de SONES, la question de la régulation on ne peut pas dans un état pauvre comme le Sénégal sur une question aussi stratégique que l’eau que l’Etat, le ministère de l’hydraulique la primature ne peuvent pas se mettre dans une position de subrogent et laisser au privé déterminer totalement le fonctionnement de l’eau, la Société des Eaux (SDE) » avant d’asséner.

« C’est l’Etat du Sénégal avec la SONES qui représentent le gouvernement qui ont signé un contrat d’affermage avec la SDE, ce qui est inacceptable ;  du point de vue de régulation c’est de passé du monopole public qui est acceptable à un monopole privé. C’est une question qui m’interpelle,  je considère encore une fois que le gouvernement et le ministère de l’hydraulique ne doivent pas être des subrogents, l’impulsion de la politique de l’hydraulique doit venir d’eux ».

Abdourahmane Ndour pour qui, « la traque des biens mal acquis, c’est le domaine où le gouvernement pouvait avoir un bilan satisfaisant et positif car il n’y a aucune personne responsable dans ce pays, aucun parti politique contre cette traque. Nous l’avons dit très clairement au niveau de Rewmi, nous sommes pour la reddition des comptes ceux qui ont pris l’argent du contribuable sénégalais doivent le rembourser » mais « nous avons un problème sur la façon dont cela a été mené et là, tous les juristes qui se sont intéressés sérieusement à cette Cour de Répression de l’Enrichissement Illicite (CREI) ont eu un malaise au niveau de la réglementation, le premier c’est que vous ne pouvez pas régir le Sénégal qui est un pays démocratique sur la base d’une loi d’exception qui dure depuis 1981… » ne manque pas de dénoncer les "lourdeurs" du code des marchés publics qui voudront certainement à des ministres d’être mis au banc des accusés dés 2013 en guise de violations des procédures sur les ondes de la Rfm où le chargé des élections de Rewmi exprime qu’il s’agit là autant de raisons en plus du manque de concertation de mise au niveau de la coalition Benno Bokk Yaakaar qui expliquent le départ d'Idrissa Seck dont le chargé des élections au niveau de la formation orange tient à préciser que les ministres Pape Diouf et Oumar Gueye n'ont jamais été exclus du parti.


Dimanche 15 Septembre 2013 - 14:33



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter