Abou LO sur les événements à Ogo: «Avec la complicité et la logistique de Farba Ngom, ils ont voulu me liquider »



Abou LO sur les événements à Ogo: «Avec la complicité et la logistique de Farba Ngom, ils ont voulu me liquider »

Entre l’ancien Directeur général de l’Autorité de Régulation des Télécommunications et des Postes (ARTP) et le député dit « griot du président Sall », la guerre est déclarée. Fini les attaques par militants interposés. Abou LO cite nommément Farba Ngom pour lancer que ce dernier a voulu le liquider. L’ancien ministre sous l’ère Abdoul Mbaye l’a dit au terme d’une tournée qu’il a effectuée vendredi dernier dans la communauté rurale de Ogo sise à Matam où le mandataire de la coalition Benno Bokk Yaakaar (BBY) a été enlevé puis séquestré. Sur ces évènements, Abou LO se veut ferme, c’était lui la cible.
« Le président de la République est mon leader politique et je vais continuer à œuvrer pour la massification et l’implantation du parti dans les coins les plus reculés du Sénégal afin d’aider le parti à gagner les prochaines échéances électorales surtout la présidentielle  de 2017 », a toutefois déclaré Abou LO au terme d’une tournée qu’il a effectuée vendredi dernier dans la communauté rurale de Ogo.
Ce, avant de revenir sur les fumeux évènements. « Ogo a vécu des moments difficiles. Nous avons fait la une des journaux et des télévisions du Sénégal, nous avons fait l’objet de tous les commentaires dans ce pays ». Et dire à qui veut l’entendre qu’ «il y a eu des faits orchestrés, manipulés de bout en bout par certaines personnes qui malheureusement ne sont pas animés par le souci d’aider le parti ».  A ce propos, citant nommément le député Farba Ngom et Abou Bellel Diallo comme ses premiers détracteurs, Abou LO de marteler que « ces derniers sont simplement animés par le souci de l’éliminer ». Alors qu’enfonce-t-il le clou, « ces personnes qui se disent aujourd’hui membres de l’APR travaillaient avec Wade quand nous remportions les locales de 2009, le premier tour et le deuxième tour de la présidentielle de 2017 ».
Pour lui, dans l’affaire du mandataire de la coalition BBY soldé par l’emprisonnement de cinq de ses militants, « avec la complicité et la logistique de Farba Ngom, ils ont voulu me poignarder et me liquider ». A Farba Ngom, Abou LO de signifier dans les colonnes de l’As, « Il doit savoir que le parti dans lequel nous militons n’est pas une alliance pour Farba Ngom ». 

Die BA

Mardi 10 Juin 2014 - 14:00



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter