Abus de confiance, faux et usage de faux : que risque l’ex-commandant du Port de Dakar ?



L’ancien Commandant de la gendarmerie du Port de Dakar est dans de sales draps. C’est le moins que l’on puisse dire après les réquisitions  salées de l’avocat général qui envoient le mis en cause à la guillotine dans cette affaire d’abus de confiance et de faux et usage de faux qui oppose Selbé Mayécor Diouf au mareyeur, Seydou BA.
 
En effet, le maître des poursuites n’a pas fait dans la dentelle et a requis un an ferme assorti d’un mandat d’arrêt contre l’officier de police judiciaire (Opj) qui a brillé hier par son absence à la barre. Une absence aux conséquences désastreuses au motif que le mis en cause ne pourra pas relever l’appel car bénéficiant d’un privilège de juridiction.
 
Très remonté contre le commandant, le maître des poursuites a indiqué qu’il se ferait un plaisir d’exécuter la décision de la Cour. Pour cause, il assimile le comportement de Selbé Mayécor Diouf à un acte de défiance de la Justice. « De qui se moque-t-on ? C’est irresponsable pour un officier de police judiciaire de ne pas comparaître », tonne l’avocat général qui rappelle dans la foulée que le mis en cause avait refusé de rencontrer l’huissier de Justice. « Ne m’appeler plus », avait-il rétorqué à l’huissier de justice lorsque celui-ci l’avait appelé pour lui remettre la citation à comparaître. «Une attitude qu’il faut réprimer », dit le maître des poursuites. Ce, en plus des délits d’abus de confiance et de faux et usage de faux.

Dans cette affaire, les faits remontent en 2013, la mareyeur avait vendu un conteneur de dorades à un ressortissant Sud-Coréen au prix de 26 millions de F CFA. Le paiement de la marchandise a été fait par chèque, lequel chèque s’est retrouvé impayé. Décidé à recouvrir son argent, Seydou BA après plusieurs jours de recherches, a croisé l’acquérir Sud-Coréen au port de Dakar. C’est ainsi qu’il conduit l’acheteur à la gendarmerie du Port pour tirer l’affaire au clair. Devant le commandant Selbé Mayécor Diouf par ailleurs arbitre de litige, le Sud-Coréen a consenti à désintéresser le plaignant. C’est ainsi qu’il a remis 15 millions de F CFA au commandant en deux tranches, souligne « l’As ». Alors qu’il s’attendait à récupérer son argent, le mareyeur apprend à sa grande surprise qu’une partie de l’argent a été restituée au ressortissant Sud-Coréen. 


Mardi 26 Janvier 2016 - 10:14



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter