Accord politique en RDC: les délégués de la plénière auront la primeur du texte

La signature de l'accord global du dialogue politique national est prévue pour ce mardi 18 octobre. Il préconise l'organisation de la transition au-delà du 16 décembre prochain, fin constitutionnelle du deuxième et dernier mandat du président Joseph Kabila. Cet accord, qui sera soumis demain lundi aux trois cents délégués du dialogue, fixe les élections générales à la fin du mois d'avril 2018, maintient le président Kabila en fonction jusqu'à l'installation du futur président élu, et confie le poste de Premier ministre à l'opposition.



C’est avec de larges sourires que la vingtaine des représentants des différentes structures au dialogue sont ressortis de la réunion restreinte convoquée autour du facilitateur Edem Kodjo. Le ministre de la Justice Alexis Thambwe Mwamba, pour la majorité et le président de l’UNC Vital Kamerhe pour le compte de l’opposition, ont dit toute leur satisfaction au sujet du consensus trouvé au terme des discussions.
 

Pas de détails avant la plénière prévue lundi, la primeur étant réservée aux 300 délégués qui prennent part aux travaux. Mais pour dissiper quelques inquiétudes, Vital Kamerhe répondant à une question, a confié que la Constitution sera respectée, y compris en ce qui concerne le sort du président Joseph Kabila qui est à son deuxième et dernier mandat. « Nous avons trouvé un consensus sur la gestion des institutions pendant la période intérimaire et bien entendu sur la composition du comité de suivi, parce que nous ne voulons pas adopter un accord qui va rester lettre morte, a assuré Vital Kamerhe. Mais toutes les précisions sur ce compromis que nous avons trouvé seront données après la tenue de la plénière du dialogue qui est fixée pour ce lundi à 15 heures. Et la clôture c’est le mardi à 12 heures.

Donc le peuple congolais aura un accord. Et nous devons, nous les politiques congolais, nous interpeler aujourd’hui pour dire et prendre un engagement, que nous allons appliquer cet accord dans ses moindres détails 
».
 

D’autres questions n’ont pas trouvé de réponse dans cet échange avec des journalistes. C’est notamment la question de savoir si le Premier-ministre qui viendra de l’opposition et les autres membres de son gouvernement pourront se présenter aux élections. « Le facilitateur nous a fait part des conclusions auxquelles sont parvenues les équipes de travail qui devaient discuter sur un certain nombre des questions qui étaient restées en suspens, a pour sa part rassuré Alexis Thambwe Mwamba, ministre de la Justice et co-modérateur du dialogue pour le compte de la majorité. Et effectivement, ces équipes de travail sont arrivées à des conclusions tout à fait heureuses, qui permettent d’espérer que notre dialogue va pouvoir aboutir comme nous le souhaitions.

Mais il est normal que ces conclusions soient d’abord apportées à la plénière du dialogue. Cette plénière aura lieu le lundi et vous aurez de plus amples détails après la plénière de lundi. Ce qu’on peut vous dire maintenant c’est que nous allons vers un accord, mais qui doit être préalablement soumis à la plénière du dialogue
 ».
 

La plénière de lundi après-midi devrait donc répondre aux préoccupations exprimées dans l’opinion. Elle est en effet très attendue par la population pour connaître le contenu de l’accord global et se rassurer sur le fait qu’il n’y a pas eu de compromission. 


RFI

Dimanche 16 Octobre 2016 - 09:39



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter