Accoutrement et extravagance : les filles "toutes parties intimes dehors"

L’exhibitionnisme semble être une mode bien de chez nous. Les filles s’habillent de manière extravagante presque tout leur corps est à la merci de tous les regards. Ces scènes parfois obscènes sont décriées par nombre de sénégalais. Toutefois, cela ne semble suffire. Les filles adeptes à ce genre d’accoutrement se préoccupent rarement des critiques et brimades qui leur sont faites.



Sous fesse, culottes, bats et autres ont fini de détrôner les habits corrects comme les pagnes, taille basse et “ndokette”. En effet, on a maintenant l’impression d’assister de manière impuissante à une d'exhibitionnisme quand on se promène dans la ville. Partout, on est agressé par des parties du corps bien sensibles et mises en évidence de manière ostentatoire. PressAfrik s’est intéressé à la question.


La vingtaine bien sonnée. Aissatou BA est fringante. Habillée en mini jupe, drague via sa démarche les ruelles de Hann mariste. Interpellée, elle cherche une échappatoire avant de lâcher quelques mots contre nos questions. "Pour moi la meilleure façon d'affirmer ma féminité, c'est d'être sexy. C'est à dire m'habiller de manière excentrique pour montrer ma forme". Un peu du même âge mais encore plus jeune, Fatou Sall épouse les idées de sa camarade. Elle va plus loin en affirmant sa préférence pour la mode occidentale. "Moi, je me réfère à la culture occidentale. S’habiller de manière indécente ne veut pas dire être mal éduqué, encore moins vouloir attirer les hommes. Naturellement, les hommes  ont  toujours des arrières pensées. Que tu t’habilles comme un ange ou pas, nous sommes tous humains".

 
Les taximen sont considérés comme des observateurs avertis de la société sénégalaise. Ils sont généralement au fait de tous les vices et agissements des jeunes et citoyens qui sollicitent tout le temps leurs services. Hélé au rond point des Maristes, le jeune qui titille plus de la trentaine est en rogne contre les jeunes filles. "C’est surtout à bord des taxis ou bus que l’on voit des scène ubuesques. Elles ont toutes leur corps dehors. Elles ne s’en soucient guère. Quand une fille est habillée de façon incorrecte et monte ou descend du taxi toutes ces parties intimes sont sur la place publique. Il n’y a plus de secret ou d’intimité avec les jeunes filles parce que tout ce qui était jalousement gardé est exposé en abondance». Le taximan qui a gardé l’anonymat de s’en prendre aux parents. "On se demande si elles n’ont pas des parents qui les contrôlent quand elles sortent de chez elles. C’est vraiment déplorable" regrette le chauffeur. 


Beaucoup ont l’impression qu’ils ont démissionné tout bonnement. Leurs comportements et relâchement vis-à-vis de leurs progénitures sont dénoncés et décriés par une bonne frange de la société. En revanche, ils se défendent et apportent leurs arguments. Ils prônent généralement  une tenue modeste correcte. «Ce genre de tenue révèle à bien des égards la véritable  personnalité. Si vous vous habillez de manière indécente vous serez traitées de tous les noms mais si vous vous attachez à ce que votre tenue sois correctement arrangée cela vous attirera sans doute le respect que vous méritez ", conclut le vieux  Demba qui loge à la cité Elisabeth Diouf.
 

Dior NIANG "Stagiaire"

Vendredi 4 Septembre 2015 - 11:44



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter