Accusations contre le Président Idrissa SECK : Opinions d’un nouveau militant du parti REWMI.



« A bon ! Donc les chantiers de Thiès n’existaient pas ? ». Cette exclamation est d’un internaute qui fait un commentaire sous l’interview de Monsieur Samuel SARR publié par le site Dakarmatin. Il s’agit manifestement d’un questionnement tout à fait contraire à ce que M.SARR visait. Un communicateur qui vraisemblablement manque de sérénité, est facile à démasquer. Ses tentatives de manipulation produisent souvent des effets contraires. 
Cette interview à travers laquelle l’ancien ministre de l’énergie sous le pouvoir du Président WADE déclare que « Idrissa SECK a volé 74 milliards de FCfa avant de fermer le compte bancaire. Il sait très bien que je sais et il sait pourquoi il a été viré de son poste de Premier ministre ».
En prenant Monsieur Samuel SARR aux mots, une seule conclusion se dégage c’est que le différend entre le Président Abdoulaye WADE et son ancien Premier Ministre Idrissa SECK, n’est pas les chantiers de Thiès comme officiellement déclaré mais les 74 milliards.
A mes yeux c’est extrêmement grave comme déclaration et je présume que Samuel SARR n’a pas réfléchi deux fois avant de la faire ou il manque de lucidité peut être en entendant le nom du Président Idrissa SECK. La question à poser à ce Monsieur c’est pourquoi depuis 12 ans il a gardé le silence. Il faut se rappeler surtout qu’en 2007 Monsieur Idrissa SECK était le candidat le plus dangereux contre son mentor Maitre WADE pour le renouvellement de son mandat. Il était en 2012 aussi l’un des hommes politiques les plus radicaux contre la candidature de WADE dont il révéla l’inconstitutionnalité après consultation du Grand professeur de Droit constitutionnel Guy CARCASSONE (paix en son âme ».
En considérant comme vrai la déclaration de Samuel SARR.
On constatera qu’au vrai dossier « les 74 milliards », on aura substitué un faux dossier « les chantiers de Thiès et l’atteinte à la sureté de l’Etat ».C’est une hypothèse qui incrimine le Président WADE et le Président Macky SALL.
Cette hypothèse est l’illustration d’unignoble « mensonge d’Etat » dont la véracité engage pour HAUTE TRAHISON le Président WADE et le Président SALL. L’implication de ce dernier,auteur de la suspension des chantiers de Thiès, est peut-être une preuve d’incompétence et d’une complicité coupable dans ce feuilleton qui était assez long.
Qu’est-ce que les thièssois ont fait pour mériter le sort qui est réservé jusqu’à présent aux chantiers destinés à leurs villes ? Et les autres personnes comme Bara TALL et Salif BA (paix en son âme) mises en cause dans ce dossier. Pourquoi maitre Abdoulaye WADE a substitué un faux dossier au vrai dossier ?
Dans ce dossier des chantiers de Thiès où toutes les institutions de l’Etat ont été mobilisées, la justice est malheureusement celle dont la question de son indépendance a été mise à rude épreuve. Dans cette histoire, on nous parle beaucoup d’un protocole de Rebeuss que personne n’a jamais vu. S’il existait LIBERATION ne manquerait pas de le vendre puissamment à l’opinion.
Beaucoup d’incohérences qui donnent raison au Président Idrissa SECK.
« C’était un mensonge hier, c’est un mensonge aujourd’hui ». a rétorqué le Président SECK à la question de ce différend portant sur de l’argent lors d’une tournée dans la banlieue Dakaroise. Il est en effet constant et sa seule position reste invariable malgré le lynchage médiatique du temps de « Il est MIDI » de NdiogouWack SECK comme aujourd’hui avec le quotidien « LIBERATION » avec Monsieur Yakham MBAYE théoricien de la dynastie FAYE-SALL.
Après avoir demandé pardon au peuple sénégalais du silence gardé pendant 12 ans après la prescription de l’action publique sur cette supposé affaire et justifiait le pourquoi du scénario de 2004, le président Macky SALL devra justifier aussi du pourquoi il n’a pas saisi pour le cas d’espèce le procureur.
Notre conviction est que jusqu’à preuve du contraire, cette déclaration est un mensonge encore contre le Président Idrissa SECK qui manifestement hante le sommeil du camp présidentiel comme il a hanté hier le sommeil des concepteurs de la dévolution monarchique.
Notre conviction est que personne ne peut rien contre la volonté divine et on ne peut arrêter le cours de l’histoire par des combinaisons autour d’un deal qui devrait assurer au Président Macky SALL un second mandat, ouvrir sa succession à Karim WADE et peut être l’exonérer lui et les autres sur la liste de la traque à payer l’argent qu’ils doivent au Sénégal.
Nous constations malgré le lynchage médiatique et les calomnies, la monté incessante de la cote de popularité du Président Idrissa SECK qui s’est révélé être l’alternative crédible pour le VRAI CHANGEMENT.
 

Abdoul Aziz MBODJI REWMI KAOLACK

Mercredi 29 Juin 2016 - 16:00



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter