Acte d’accusation de Habré : la CAE exclut le crime de guerre et retient celui de torture.

Le Président de la Chambre africaine extraordinaire procède actuellement à la lecture de l’acte d’accusation de Hissène Habré. Et l’accusation de crime de guerre n’a pas été retenue mais à la place, le crime de torture reste sur la liste des reproches faites à l’encontre de l’ex chef de l’Etat tchadien.



Lors de cette lecture le président de la CAE a relevé les griefs retenus contre l’ex homme fort du Tchad. Entre autres griefs on peut retenir : «l’arrestation massive d’opposants en dehors de tout cadre juridique et judiciaire, et systématiquement incarcérés et torturés par le régime de Hissène Habré entre 1982 et 1990 »
Le juge a fait remarquer qu’il n’y a eu que très peu d’opposants qui sont sortis vivants des cas d’exactions menés par les forces de sécurités sous les ordres de M. Habré.
Le président de la CAE a conclu à un crime autonome de torture, des rapports sexuels imposés à des femmes et des filles.

Ousmane Demba Kane

Lundi 30 Mai 2016 - 10:55



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter