"Acte d'amour" ou meurtre: procès d'une mère qui a tué sa fille handicapée

Le procès d'une mère accusée d'avoir tué sa fille de huit ans, lourdement handicapée, en 2010 à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) en l'étranglant avant de tenter de se suicider, s'est ouvert lundi devant la cour d'assises de Rennes dont les jurés devront déterminer s'il s'agit d'un meurtre ou d'"un acte d'amour".



"Acte d'amour" ou meurtre: procès d'une mère qui a tué sa fille handicapée

Laurence Nait Kaoudjt, 44 ans au moment des faits, est jugée pour meurtre sur mineure de moins de quinze ans particulièrement vulnérable. Qualifiant son infanticide "d'acte d'amour", elle a tué sa fille, Méline, en août 2010, peu après l'installation de la famille sur la commune de Saint-Malo.

Accompagnée de son avocat, elle est arrivée peu avant 09H00 devant le Parlement de Bretagne où se tiennent les audiences de la cour d'assises d'Ille-et-Vilaine, vêtue d'une veste à fine rayures blanches et noires et d'un pantalon noir.

Très affectée, elle ne s'est pas exprimée mais a éclaté en sanglots avant d'entrer dans le bâtiment, puis une deuxième fois juste avant que ne débute l'audience, tandis qu'elle patientait dans le box des accusés.

"Elle est très éprouvée évidemment: pas facile pour elle de comparaître aux assises, d'affronter son geste et en même temps, elle en meurt d'envie", a expliqué son avocat Me Éric Dupont-Moretti. "C'est une immense solitude, c'est une femme qui est submergée par l'émotion, par la difficulté, par le handicap de sa fille... C'est un crime et c'est un acte d'amour en même temps, c'est à la fois terrifiant et sublime".

"En cela, ce procès sort bien évidemment de l'ordinaire", a-t-il ajouté.

Inquiète pour l'avenir de sa fille lourdement handicapée, qui n'avait aucune autonomie, ne savait pas parler et dont elle s'occupait seule depuis la naissance, l'accusée a expliqué lors de l'enquête avoir décidé de mettre un terme à leur existence.

Le matin du 23 août 2010, les sapeurs-pompiers de Saint-Malo, alertés par la grand-mère de Méline qui vivait avec sa fille et sa petite-fille, découvrent le corps sans vie de la fillette. Laurence Nait Kaoudjt explique alors avoir administré des médicaments à sa fille, avant de l'étrangler dans son lit à l'aide d'une écharpe.

Par la suite, elle a toujours affirmé avoir tenté de se suicider à diverses reprises dans la nuit du drame, sans y parvenir, en absorbant des médicaments, en s'étranglant avec une écharpe, en s'étouffant avec un sac plastique, puis en s'ouvrant les veines.

Elle avait laissé plusieurs documents attestant de sa volonté de mettre fin à ses jours, dont un sur lequel il est écrit: "Je choisis librement de partir avec ma fille Méline pour faire le grand voyage, ce choix je l'avais fait depuis longtemps... notre histoire se termine ainsi".

Les experts psychiatres mandatés pour examiner l'accusée ne retiennent pas tous le même diagnostic: certains la décrivent comme étant en pleine possession de ses moyens, d'autres comme une femme maniaco-dépressive et ayant des crises de délire.

La cour devra déterminer si Laurence Nait Kaoudjt était atteinte d'un trouble psychiatrique grave ayant aboli son discernement ou si elle était lucide au moment du meurtre de sa fille.

Placée sous contrôle judiciaire, elle comparaît libre. Elle encourt la réclusion criminelle à perpétuité.


yahoo News

Lundi 14 Septembre 2015 - 10:40



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter