Adresse à la Nation: des Sénégalais attendent du «concret»

​Comme tous les 3 avril, le président Macky Sall va déférer à la traditionnelle adresse à la Nation. Dans ce sillage, Pressafrik.com a tendu son micro à des citoyens qui listent leurs attentes. Presque tous veulent du «concret».



Marié et père de deux (2) enfants, Papa Moussa Gueye habite au quartier Niarry Tall veut entendre «la confirmation de la baisse du loyer, du prix des denrées de première nécessité et qu’il respecte ce qu’il dira». «Nous voulons du concret», scande-t-il en invitant à «oublier les querelles».
 
Selon lui, cinq (5), c’est encore «très peu» pour faire un bilan du président Macky Sall. «Ce qui est sûr est sûr et certain, c’est qu’il fait de son mieux. Nous devons l’aider dans le bon sens et pas le combattre. S’il quitte qui est l’homme parfait qui viendra satisfaire les Sénégalais en cinq (5) ans à 100%, je ne le vois pas. On ne peut pas dire que son bilan est positif à 100 % ni négatif à 100 % mais il a fait quelque chose».
 
Habitant Fass, Moussa Ndiaye, un ancien militaire à la retraite depuis une dizaine d’années, tient à faire la part des choses.
 
«Le 4 avril, c’est une fête de l’Armée. Les gens ont tendance à tout mélanger. Le 31 décembre, disons que la loi des Finances est votée et on sait à peu près combien de milliards on va dépenser au cours de l’année à venir et le président de la République a ses éléments et à partir de ses éléments, il peut nous aborder les projets qu’il compte dérouler… Mais, le 4 avril, il ne doit parler que de l’Armée. S’il y a de nouveaux matériels, il les présente et s’il y a un ennemi que l’homme de la rue ne peut pas voir, qu’il le dise. Il ne doit pas parler de politique. Comme le disait le président Senghor, c’est la fête de l’Armée», précise-t-il.
 
Indiquant qu’il va «suivre le discours du président Macky Sall», il veut que le Chef de l’Etat «nous parle des problèmes de sécurité». «D’après des informations qu’il reçoit des renseignements généraux, est-ce qu’il peut nous rassurer, nous dire si nous pouvons vivre en sécurité ou pas», pose l’ancien militaire.
 
« Ce que j’attends du président, c’est d’abord qu’il incite les gens au travail et que lui-même concrétise les promesses qu’il a faites. C’est vrai qu’il ne peut pas tout faire mais qu’il montre à la population, ce qu’il peut faire et que les gens aussi soient vraiment francs. C’est bon de critiquer mais il faut aussi se mettre au travail. C’est ça qui fait avancer ce pays mais pas ces querelles», se prononce Serigne Fallou Ndiaye.
 
Jean Ndongo Diatta qui est dans l’administration, interpelle le chef de l’Etat sur la même question. «On attend de lui les promesses qu’il a faites aux Sénégalais depuis qu’il est au pouvoir, les promesses faites aux cultivateurs, les gens qui sont aux fins fond du pays, qu’il pense à eux, aux  gens qui sont malades, aux sans-abris, aux gens qui veulent se soigner et qui n’en ont pas les moyens», sert ce dernier tout en tempérant: «Ce qu’on attend de lui, c’est vrai que ce n’est pas facile mais il doit faire des efforts et voir la situation d’un autre côté, de ne pas faire comme l’ancien régime».
 
Selon lui, «nous vivons ensemble au Sénégal qui est un pays laïc et le président doit aussi équilibrer entre les différentes confessions». Soutenant que «nul n’a le droit de dénigrer la religion d’autrui», il demande au président Macky Sall de «revoir le fonctionnement de l’Etat, de la Justice en place parce qu’en tant que citoyens, nous ne sommes pas là pour dénigrer son travail mais il y a ceux qui ne se sentent pas  son œuvre». 


Lundi 3 Avril 2017 - 18:05



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter