Affaire Aïda Ndiongue: Abdoulaye Dramé «expertise» pour la 4e fois l’ex-sénatrice libérale

Pour la quatrième fois, l’expert Abdoulaye Dramé se voit assigné la même mission par la Commission d’instruction près la Cour de Répression de l’Enrichissement Illicite (CI-CREI) pour l’audit des marchés publics dans l’affaire Aïda Ndiongue. Ce qui constitue une incongruité et une violation des droits de l’ancienne sénatrice libérale, si l’on en croit son avocat, Me Mbaye Jacques Ndiaye qui compte saisir Macky Sall.



L’ancienne sénatrice libérale doit être entendue par le juge d’instruction dans le fond du dossier de l’affaire dite des marchés publics, le mardi 10 juin prochain. En effet, pour la quatrième fois d’affilée, l’équipe du juge Cheikh Ahmed Tidiane Bèye a décidé de proroger l’instruction de ce dossier pour un même motif. Selon «l’As», la nouvelle prorogation de l’instruction a été ordonnée, au motif que l’expert Abdoulaye Dramé n’a pas encore terminé la mission qui lui a été confiée, à savoir l’audit des dossiers de l’affaire dite des produits phytosanitaires du plan « Jaxaay », gagné par Aïda Ndiongue.  


Il faut juste savoir qu’Aïda Ndiongue, en prison depuis décembre dernier - n’y est pas simplement pour cette affaire des produits phytosanitaires de « Jaxaay », mais plutôt dans le cadre d’une autre enquête pour enrichissement illicite portant sur 47 milliards de F CFA. Cependant, interrogé sur la nouvelle prorogation de l’instruction du dossier Aïda Ndiongue, Me Mbaye Jacques Ndiaye confirme, même s’il ignore la raison de cette mesure. « J’ignore exactement pour quelle raison la Ci a ordonné la prorogation de l’instruction, mais l’expert désigné par la CREI dont les compétences ne sont pas avérées, s’est vu assigner encore comme mission d'audit des marchés publics. Ce qui constitue une incongruité. Et mieux, l’article 155 du Code pénale prévoit que si l’expert ne dépose pas son rapport dans le délai imparti par le juge, il est, après une première prorogation, remplacé d’office. Or pour la quatrième fois, la CREI lui confie la même mission », peste la robe noire. Qui compte saisir le chef de l’Etat. « J’ai décidé de saisir le président de la République Macky Sall et le Garde des Sceaux, ministre de la justice, Me Sidiki Kaba qui sont les garants du bon fonctionne de la justice  pour qu’on puisse mettre un terme  à une telle parodie». 


Samedi 31 Octobre 2015 - 08:05



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter