Affaire Bara Sow et Ababacar Diagne : Cheikh Béthio Thioune retourne en prison pour comparaître devant la Cour d’assises

Gros rebondissement dans l'affaire dite du double meurtre de Bara Sow et Ababacar Diagne à Médinatoul Salam. Fin de la liberté provisoire pour Cheikh Béthio Thioune qui retourne en prison. Le juge d'instruction du 1er cabinet de Thiès qui a fini de regrouper les éléments contre le marabout, le guide des "Thiantacounes" va comparaître sous peu devant la Cour d'assises.



Cheikh Béthio Thioune devant la justice sous peu. Le juge d’instruction du 1er cabinet du Tribunal régional de Thiès, Abdoulaye Hassane Thioune devant la Cour d’Assises. Le magistrat instructeur croit avoir regroupé suffisamment d’éléments en charge pour les renvoyer devant cette juridiction criminelle pour qu’ils soient jugés conformément au Code pénal.

En effet, l’article 206 du code de procédure pénale disposant que « l’arrêt de renvoi (devant la Cour d’assises) contient, à peine de nullité, l’exposé et la qualification légale des faits, objet de l’accusation. Il décerne en outre ordonnance de prise de corps contre l’accusé dont il précise l’identité », en termes plus claires, le guide qui bénéficie de la liberté provisoire dans le cadre de l’affaire retournera en prison, selon des sources dans les colonnes du journal « l’observateur ».

C’est le 22 avril 2012 qu’au cours d’une bagarre dans le fief de Médinatoul Salam (Mbour) du guide que deux de ses disciplines, Bara Sow et Ababacar Diagne ont été battus à mort. Ce, avant d’être enterrés dans une fosse commune avec leurs propres habits.

Activés, les limiers font une descente sur les lieux, Cheikh Béthio et plus de 20 « Thiantacounes » seront arrêtés puis inculpés d’associations de malfaiteurs, recel de cadavres, infraction sur les lois de l’inhumation, meurtre et complicité de meurtre avec actes de barbarie, non dénonciation de crime et détention d’armes à feu sans autorisation administrative préalable. Placé sous mandat de dépôt dans la prison de Thiès, Cheikh Béthio Thioune sera transféré à la Maison d’Arrêt et de Correction (MAC) de Rebeuss où il finira par bénéficier d’un permis de sortie du territoire sénégalais pour des soins en France.  


Samedi 11 Janvier 2014 - 10:40



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter