Affaire Habré : une témoin clé disparait, les « victimes en deuil »

La commission rogatoire internationale pour le procès de l'ancien chef de l'Etat tchadien offre la rencontre de la dernière chance. Les témoins et les présumes victimes des exactions reprochées à Hissène Habré font l'union sacrée au tour du dossier. Mais, ils sont fortement marque par le deuil avec le décès d'un témoin clé de l'affaire : Hadjo Amina Moctar.



Hadjo Amina Moctar, présidente du secteur du 5é arrondissement de Ndjamena pour l'association des victimes de crime du régime de Hissène Habré au milieu de l'image
Hadjo Amina Moctar, présidente du secteur du 5é arrondissement de Ndjamena pour l'association des victimes de crime du régime de Hissène Habré au milieu de l'image

Depuis 3 jours « la communauté des victimes » de l'ancien dirigeant Tchadien Hissène Habré est sous le choc. Samedi dernier, une des figures de proue « contre l'oubli des crimes » et « pour le jugement des dignitaires » de l'ancien régime tchadien a tiré sa révérence. Hadjo Amina Mactar, est décédée des suites d'une longue maladie.
 


Peinte sous les traits d'une « activiste inlassable » depuis quatorze ans dans la lutte pour que le procès de Habré ait lieu, témoignent certains, Hadjo Amina Moctar était la présidente du secteur du 5ème arrondissement de Ndjamena pour l'association des victimes de crime du régime de Hissène Habré.
 


« C'est dommage, car c'est une perte énorme pour nous », confie Ngarbeye Ginette, au journal "Enquête", avec un visage affecté. « Lors de notre rencontre avec le président Idriss Déby Itno, nous avions demandé le minimum à l'Etat tchadien pour soutenir les victimes, dont une bonne partie traînait de grosses séquelles, à l'issue de leur détention », raconte-t-elle. Elles ont aussi partagé la prison « dans la douleur et la dignité ». Face à cette situation, elle accuse le régime actuel. « Lors de notre rencontre avec le président Idriss Déby Itno, nous avions demandé le minimum à l'Etat tchadien pour soutenir les victimes, dont une bonne partie trainait de grosses séquelles, à l'issue de leur détention », raconte-t-elle.



Mercredi 19 Mars 2014 - 10:25



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter