Affaire Hissène HABRE : Un procès médiatique pour avertir tous les dictateurs africains

Le combat de la communication a débuté depuis longtemps autour de l’affaire Hissène HABRE. Les choses s’emballent avec la cérémonie de lancement ce vendredi des activités des Chambres africaines extraordinaires (CAE) créées au sein des juridictions sénégalaises, pour juger HABRE. C’est le même jour choisi par le Comité de Pilotage du Comité International pour le Jugement Equitable de Hissène Habré (CPJEHH) pour faire face à la presse sénégalaise. La tension entre des journalistes et des intervenants au cours de ce point de presse montre déjà des perspectives houleuses autour de ce procès. Mais déjà, un procès médiatique est souhaité par des victimes et leurs avocats pour un avertissement à tous les dictateurs africains.



Affaire Hissène HABRE : Un procès médiatique pour avertir tous les dictateurs africains
Pour Me Reed BRODY, Avocat et porte parole de Human Rights Watch, « il est important que ce procès rétroagisse sur le Tchad, que le procès ici à Dakar soit accessible au peuple tchadien, que des victimes qui ont failli être assassinés puissent interroger l’ex dictateur, que les tchadiens se retrouvent autour des postes de télévisions pour regarder, des victimes donner leur témoignage ». Mieux pour l’avocat, « ce procès doit montrer à tous les africains qu’avec la détermination des victimes, ils peuvent amener un dictateur devant la Justice ».

Me BRODY a rendu hommage au gouvernement de Macky SALL, au ministre de la Justice Aminata TOURE, « qui ont souffert en dix mois pour récompenser la ténacité et la persévérance des victimes contrairement à ce que des gouvernements du Sénégal ont fait il y a vingt ans en arrière ». C’est pour cela, il pense qu’ « aujourd’hui le Sénégal montre l’exemple à toute l’Afrique en montrant que les africains peuvent régler leur propre problème. Le cas Hissène HABRE est une opportunité pour montrer que les tribunaux africains peuvent rendre la Justice en Afrique ».

A ses côtés des victimes ont exprimé leur reconnaissance au Sénégal, exprimé leur souffrance dans des prisons et tout leur espoir d’aujourd’hui. L’un des plaignants dira, « le lion Hissène HABRE va tomber, il sera jugé, le jour où je vais voir Hissène HABRE entrer dans une cellule, je vais danser ».

Des journalistes ont soulevé le cas du président Idriss DEBY et d’autres responsables des défunts régimes. Et c’est un autre avocat des victimes qui va apporter des réponses. Me Assane Dioma NDIAYE dira, « relativement à la compétence universelle et la présence au Sénégal de Hissène HABRE, il est jugé, mais aujourd’hui le Sénégal par rapport à cette compétence universelle n’a aucun lien de rattachement avec Idriss DEBY. Les victimes n’ont pas la possibilité de déposer une plainte contre DEBY ici au Sénégal mais comme on est en matière de crime imprescriptible tout est possible demain ».


Vendredi 8 Février 2013 - 20:59



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter