Affaire Hisséne Habré: l'ancien président tchadien rend la monnaie aux juges des Cae et se radicalise contre une convocation



Remonté contre, les juges, Hissène Habré refuse de déferrer à la convocation des Chambres Africaines Extraordinaires (CAE). Cette situation est due au refus des juges de la laisser voir son fils hospitaliser non loin de sa cellule.


L'ex dirigeant Tchadien, Hissène Habré, accusé de crimes de guerre, de crimes contre l'humanité et de tortures, est convoqué aujourd'hui par les CAE. Cela entre dans le cadre de la lecture du rapport préliminaire d'experts argentins désignés pour étudier les charniers. Mais, il semble que Habré a décidé de ne pas répondre à la convocation des juges des Cae. « Parce que cela ne sert à rien de s'y rendre, car sa décision ne changera jamais », renseignent des sources proches.


Mais un autre fait qui a visiblement fâché l'ancien président Tchadien. C'est que depuis le 29 décembre 2013, le fils de ce dernier, étudiant dans une école d'ingénieurs en France, arrivé à Dakar quelques jours auparavant, a été fauché par un taxi qui a pris la fuite sur la route des Almadies. Cet accident grave lui a occasionné de nombreuses fractures qui seront opérées à la clinique du Cap à quelques pas de la prison de son père.


Ses avocats, Me El Hadj Diouf et Cie, après présentation du compte-rendu détaillé des médecins, ont déposé une permission pour qu'il puisse rendre visite à son fils, une requête qui a été refusée à l'ancien président tchadien qui soupçonne le ministre de la Justice, Me Sidiki Kaba et la Première ministre Aminata Touré d'être derrière le blocage, renseigne le journal "Libération".



Vendredi 7 Février 2014 - 12:45




1.Posté par maliweb le 07/02/2014 15:36
Comme c'est drôle, qu'on l'y amène de force.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter