Affaire Hissène Habré : le consortium de sensibilisation apporte la réplique de sa neutralité

Le consortium souhaite préciser les principes qui régissent son activité suite au communiqué des avocats de Monsieur Hissène Habré paru ce lundi 3 février dans la presse sénégalaise. Ainsi, ils mettaient en doute la neutralité du consortium chargé de la sensibilisation sur les Chambres Africaines Extraordinaires (CAE).



Affaire Hissène Habré : le consortium de sensibilisation apporte la réplique de sa neutralité
Le consortium a été retenu pour porter à la connaissance de tous, au Sénégal, au Tchad, en Afrique et dans le monde, les procédures engagées à Dakar suite à l'accord conclu entre l'Union africaine et le gouvernement du Sénégal, pour poursuivre le ou les « principaux responsables des crimes internationaux commis au Tchad de 1982 à 1990 ».

En complément de la communication, les actions de sensibilisation développées par les juridictions internationales ont joué un rôle essentiel, en Sierra Leone et au Cambodge notamment, pour rapprocher la justice des populations concernées.

Dès le mois de mars, les premières activités débuteront au Tchad et au Sénégal, par des ateliers de formation et des débats publics. Les membres du consortium se sont engagés à mener leurs activités de façon professionnelle, neutre, sans discrimination, avec tous les membres des sociétés concernées, tous les organes des Chambres et toutes les parties au procès.

La sensibilisation s'efforcera, à l'image de l'institution judiciaire, de respecter le principe d'indépendance vis-à-vis des pouvoirs et des opinions politiques, et de diffuser des informations exactes et équilibrées, sans se faire l'avocat ni de l'accusation ni de la défense. Cette activité ne touche par ailleurs pas au fond du dossier. Le mandat du consortium se limite à porter à la connaissance de tous, l'activité judiciaire des CAE.

Trois organisations reconnues dans les domaines des droits humains et de la communication le composent :
 Le chef de file du consortium, Primum Africa Consulting, basé à Dakar. Cabinet de communication et d'études reconnu pour son expertise, son indépendance et son professionnalisme. Cette marque de fabrique fait qu'il est sollicité aussi bien au Sénégal qu'à travers le monde par de nombreuses ONG, des institutions internationales, des Etats et de grandes entreprises.

 RCN Justice & Démocratie, dont le siège est à Bruxelles. Cette ONG créée après le génocide au Rwanda s'efforce par ces programmes de soutien à la justice de renforcer l'Etat de droit dans les pays en transition.

 MAGI Communications, basée à Ndjamena. Ce cabinet de consultants experts dans les domaines sociaux, juridiques et communicationnels est sollicité par de nombreux acteurs au niveau national et continental.

L'expertise avérée des membres de ce consortium, leur connaissance des contextes sénégalais, tchadiens et globaux ainsi que leur positionnement en faveur d'une justice indépendante et impartiale, dans le cadre d'un procès équitable, ne sauraient être retournés contre eux. Ils tiennent à souligner leur attachement au plein respect des droits de la défense qui sera invitée à participer aux activités de sensibilisation.

Ce programme de sensibilisation veillera à s'adresser à tous, dans le respect de tous.


Mardi 4 Février 2014 - 11:30




1.Posté par malijet le 04/02/2014 16:29
C'est pour les gens comme celui-là que la peine de mort existe.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter