Affaire Hisséne Habré: quand le président tchadien Idriss Déby censure Dakar



Affaire Hisséne Habré: quand le président tchadien Idriss Déby censure Dakar
Selon quotidien Enquête, les choses sont parties pour ne pas du tout être simples dans la gestion du dossier judiciaire d'Hissein Habré. A en croire ce quotidien des blocages persistants dans cette affaire et non des moindres sont signalés venant d'ailleurs du régime tchadien lui-même. Les juges des Chambres africaines veulent en effet entendre et faire comparaître d'anciens responsables du régime aujourd'hui entre les mains de la Justice.


La chose aurait dû être simple car le Sénégal est lié au Tchad par des conventions en matière judiciaire nous dit notre confrère. Mais la Justice tchadienne refuse et avance l'argument selon lequel elle ne peut pas mettre à la disposition des Chambres africaines des personnes qui sont déjà dans une procédure au niveau local. En outre, elle part du principe que le Tchad ne saurait extrader ses propres ressortissants. Mais par ailleurs, la source révèle que tout ou partie du problème semble résider dans le fait que certains de ces prisonniers détiendraient des informations sensibles et pourraient bien charger contre l'actuel Président, Idriss Deby Itno qui aurait lui aussi sa part de responsabilité dans les exactions imputées à son prédécesseur, Hissein Habré. 


Des sources proches de l’affaire ont aussi selon la source souligné que le Doyen des juges du Tchad serait une pièce centrale dans ces manœuvres. Ce qui fait croire que N'Djamena voudrait imposer dans ce dossier une Justice à double vitesse et ne ferait pas totalement confiance aux juges des Chambres africaines. On soupçonne d'ailleurs ces derniers de cacher leur jeu dans la qualification de la responsabilité du Président Deby dans les crimes imputés à Habré. Dans l'affaire de l'ancien président dans les liens de la détention depuis le 2 juillet dernier au Sénégal, c'est dire donc qu'en sourdine, il y a un problème de confiance qui se pose. 
 
 


Jeudi 3 Avril 2014 - 13:06



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter