Affaire Karim : Me Sidiki Kaba contredit la France et annonce la poursuite de la procédure

Suite mais pas fin du classement du dossier du célèbre détenu à la Maison d'Arrêt et de Correction (MAC) de Rebeuss. L’Etat du Sénégal loin de s’avouer vaincu. « Il faut savoir raison garder », tonne le ministre de la Justice qui assure que « l’enquête menée en France a permis d’identifier des biens de Karim d’un montant de 18 millions d’euros soit 11 milliards 790 millions de F CFA ». Ce qui signifie que charge Me Sidiki Kaba que « la procédure visant » Wade-fils « va continuer ». Selon ces propres termes, le Sénégal n’a fait que prendre acte de la décision française de classer le dossier.



Affaire Karim : Me Sidiki Kaba contredit la France et annonce la poursuite de la procédure
Coup de chauffe dans l’axe Dakar-Paris. Après la sortie de Souleymane Jules Dio p, conseiller en com du Président de la République, le ministre de la Justice, Me Sidiki Kaba monte au créneau. Ce, pour inviter la France à savoir raison garder. Ce, d’autant plus que l’enquête n’a pas été bredouille. « L’enquête menée en France a permis d’identifier des biens de Karim d’un montant de 18 millions d’euros soit 11.790.000.000 F CFA ». Selon lui donc, « la procédure visant Karim Wade continue ». Ceci pour la tutelle de préciser aux avocats du détenu qui selon lui, auraient fait dans la rétention d’informations. « les avocats de Karim ont omis de dire que l’enquête menée en France a permis d’identifier des biens d’un montant assez important de 18 millions d’euros ». A cet effet, selon l’Etat les avocats de l’Etat du Sénégal, « le classement sans suite serait motivé par le fait que l’origine illicite des fonds ne serait pas démontré ».


Pour Mes William Bourdon et Simon Ndiaye, « les enquêteurs français ne semblent pas avoir poussé leurs investigations sur la provenance des biens ». « En tout état de cause, les investigations faites au Sénégal et les commissions rogatoires internationales ont permis d’établir des faits qui ont conduit au renvoi des personnes mises en cause devant la CREI (Cour de Répression de l’Enrichissement Illicite) ». Du côté de Me Sidiki Kaba, cela va sans dire que la procédure déclenchée contre Wade-fils va continuer. « Le Sénégal n’a de leçons a recevoir de personne, le système judiciaire est indépendant et le procès de l’ancien ministre aura lieu le 31 juillet prochain ».


Jeudi 19 Juin 2014 - 11:10



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter