Affaire Karim: "Un excellent parquetier" aux commandes

Les mots sont souvent revenus dans les différents recoupements de Pressafrik.com pour cerner le désormais Procureur spécial, Cheikh Tidiane Mara qui remplace Alioune Ndao. "Un excellent parquetier", disent ses confrères.



Affaire Karim: "Un excellent parquetier" aux commandes
Pour en savoir plus sur le magistrat, il faut interroger les plus anciens, nous oriente-t-on au Palais de Justice de Dakar où la nouvelle a retenti comme une bombe. Qui est donc ce remplaçant d’Alioune Ndao ? « Un excellent parquetier », murmure-t-on. « Choix, ne pouvait être meilleur », selon Assane Dioma Ndiaye  qui raconte Cheikh Tidiane Mara. 



Meilleur profil
Nous en 1988, jeunes avocats, Cheikh Tidiane Mara faisait déjà partie des parquetiers réputés qui plaidaient... En termes d’expérience, on ne pouvait pas trouver meilleur profil. Ensuite, il a fait dix (10) années à Arusha, en matière de droit international, droit humanitaire…Le choix paraîtra judicieux. La seule réserve étant qu’il prend en cours un procès surtout celui-là. Encore qu’il n’a pas officié au Sénégal depuis longtemps, il aura besoin de s’adapter encore au droit interne, aux procédures internes.   Parquetier, c’est des magistrats qui ne connaissent que la position debout, qui ont été formés pour être parquetier.


Magistrat aux ordres ?
Pas forcément aux ordres. Même si, on ne peut pas nier le lien ombilical qui existe entre le ministère de la Justice, le gouvernement et le Procureur. La parole est libre mais je pense qu’il a le profil, toute l’expérience pour tenir ce genre de procès…

 
Un défi insurmontable
«Cela veut dire quand vous prenez un dossier d’au moins des milliers et des milliers de pages, vous ne pouvez pas étudier toutes les pièces. Vous ne serez jamais dans le bain, quel que soit votre expertise…C’est un défi insurmontable pour lui et pour n’importe quel parquetier. Les procureurs dans les tribunaux spéciaux, ce sont eux qui débutent le procès et rédigent le réquisitoire, qui font tous les actes et ça porte la touche personnel d’un Procureur…
 

Malaise
Il faut attendre la communication officielle du ministère de la Justice ou du gouvernement, les Sénégalais ont besoin de savoir ce qui s’est passé. Cela relève du droit à l’information du citoyen. Une fois que les raisons officielles seront publiées, on pourra faire des commentaires. Mais toujours est-il qu’on peut déjà dire que ce qui s’est passé, traduit un malaise. A quel niveau ? C’est ce qui reste à déterminer. 


Mardi 11 Novembre 2014 - 16:11



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter