Affaire Karim: le procureur spécial Alioune Ndao revoit les montants à charges à 340 milliards et livre Wade-fils à la Commission d'Instruction

Le Procureur spécial prés de la Cour de Répression de l’Enrichissement Illicite (CREI) a servi ses réquisitoires. La décision appartient certes aux juges Cheikh Tidiane Beye et Cie de la Commission d’Instruction (CI) mais si cela ne tenait qu’à Alioune Ndao, Karim et Cie seraient renvoyés devant la CREI. Il faudrait un véritable retournement de situation pour que Wade-fils et ses présumés complices ne soient pas traduits en justice. Soulignant que les charges étaient suffisantes, le bras armé de la traque des biens dits mal acquis a proposé à la CI de traduire le célèbre détenu de la Maison d’Arrêt et de Correction (MAC) de Rebeuss devant la CREI pour enrichissement illicite à hauteur de près de 340 milliards de F CFA, le montant des charges. Même si l’ancien ministre d’Etat sous le règne de son père a bénéficié d’un non lieu partiel sur la « corruption par X ».



La messe est dite pour Karim Wade. Sur les trois (3) options qui attendraient le célèbre détenu de Rebeuss lancées pas plus tard qu’hier par le ministre de la Justice, Me Sidiki Kaba à savoir le non-lieu, le renvoi devant la CREI ou une autre inculpation, le procureur spécial près de la CREI a lâché ses réquisitions depuis lundi. Et ils ne sont pas en faveur du fils de l’ancien président du Sénégal, Me Abdoulaye Wade. Un procès pour Karim Wade et ses présumés complices, c’est ce qu’a requis le bras armé du recouvrement des deniers publics.


En effet, près d’un an jour pour jour après la fameuse conférence de presse du procureur spécial et du substitut du procureur, Antoine Félix Diome en prélude de la mise sous mandat de dépôt de Karim pour malversations financières et concussion à hauteur de 694 milliards, Alioune Ndao en a fini avec le dossier. Estimant les « charges suffisantes », il propose toutefois de traduire Wade-fils pour enrichissement illicite en revoyant le montant des charges.


Dans les réquisitoires entre les mains du juge Cheikh Tidiane Beye et Cie, le procureur spécial parle de 340 milliards selon la presse du jour. Une baisse qui s’explique par la soustraction de certains biens attribués au célèbre prisonnier dans le cadre de la première instruction. La balle est dans le camp de la CI dont la décision est attendue au plus tard demain jeudi qui marque la fin du délai de 48 heures livré par Me Sidiki Kaba hier. 


Mercredi 16 Avril 2014 - 11:05



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter