Affaire Karim: les avocats de Wade-fils préviennent la communauté nationale et internationale qu’ils ne croiseront pas les bras




« Des informations publiées dans la presse avec la complicité d’autorités judiciaires, et en violation du secret de l’instruction, ont fait état de la découverte d’un compte bancaire ainsi que d’une société dénommée Dubaï Céramic qui aurait procédé à des virements de 2.437.758 FCFA et 13.372.942 dollars respectivement le 11 janvier 2012 et le 13 février 2012 au profit d’une société dont Karim Wade serait propriétaire à 100%, et dont le solde bancaire serait créditeur au 23 octobre 2013 la somme de 93.761.204 dollars. Il s’agit de déclarations fausses qui rentrent dans le prolongement du patrimoine fantaisiste qui a été attribué à Karim Wade », rage le quatuor défensif du célèbre détenu sénégalais qui martèle.
 

« Après la manœuvre des 99 milliards de Monaco qui avait permis de manipuler l’opinion publique pour l’amener à avaler le douloureux prolongement de la détention de Karim Wade, l’Etat du Sénégal invente les 45 milliards de Singapour ». Avant de signifier que « Karim Wade n’a aucun compte bancaire à Singapour et il n’est propriétaire ni actionnaire, ou bénéficiaire économique d’une quelconque société qui aurait un compte bancaire dans ce pays ou ailleurs dans le monde. Cela est tellement vrai que la fausse information ne permet aucune traçabilité de comptabilité des fonds inventés, à savoir le mouvement d’argent qui aurait quitté le budget du Sénégal ou qui aurait été destiné au Sénégal et qui aurait été détourné ». 


Pour Mes Demba Ciré Bathily, Ciré Clédor LY, Seydou Diagne et El Hadji Amadou Sall, l’administrateur provisoire de DP WORLD ayant fini sa mission depuis six (06) mois, il y a lieu de s’interroger sur les raisons de cette manipulation de l’opinion publique nationale et internationale à quelques heures de la clôture de l’enquête judiciaire, et ce, alors qu’aucun interrogatoire des supposés témoins ou complices n’a été fait sur les présumés comptes bancaires ». Ce, d’autant plus lâchent-ils, « les méthodes employées, ainsi que le peu de considération que les juges de la juridiction spéciale prêtent aux droits de la défense, permettent la création et la construction de fausses charges contre toute personne que les autorités décideraient de liquider ».
 

« La CREI s’est avérée être une arme politique redoutable, permettant la prise d’otage politique et constituant une menace pour l’ensemble des sénégalais. La longue détention arbitraire de Karim Wade n’a permis que de convaincre le monde entier du dessein de liquidation politique d’un adversaire pour l’empêcher de participer à des échéances électorales », concluent les avocats de Karim qui portent dans un communiqué parvenu à notre rédaction, à l’attention de la communauté nationale et internationale qu’ils initieront toutes les procédures judiciaires appropriées, afin que les auteurs de cette forfaiture soient démasqués devant le peuple sénégalais et l’opinion internationale, au-delà d’en répondre devant la justice.


Mercredi 16 Avril 2014 - 16:25



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter