Affaire Petro Tim : Ousmane Sonko tacle le ministre des Finances, Amadou BA

Ousmane Sonko en a rajouté une couche. Après les précisions du ministre des Finances, Amadou BA et ses services, l'inspecteur des impôts et domaines est revenu à la recharge avec persistance. Le fonctionnaire remercié récemment par décret et dont son licenciement fait beaucoup de vagues se dit prêt à affronter Amadou Ba, un de ses agents ou responsable de l'APR dans un débat public.



Affaire Petro Tim : Ousmane Sonko tacle le ministre des Finances, Amadou BA
Ousmane Sonko, revient encore à la charge et continue de mouiller Aliou Sall, le frère du président Macky sall, dans l’affaire Petro Tim.

Dans un document rendu public et qu’il a intitulé : «le ministre des finances dans l’affaire Petro Tim : entre complicité et blanchissement de fraude fiscale», Ousmane Sonko fait un focus sur les indices manifeste minutieusement préparée.

L’inspecteur des impôts et domaines, révoqué de la fonction publique, se dit prêt à croiser les tenants du pouvoir, dans le cadre d’un débat public médiatisé, pour que les citoyens se fassent définitivement une religion sur l’affaire Petro Tim.

En contre-attaquant le ministre Amadou BA, Sonko ne s’est pas empêché de démonter les arguments selon lesquels : «toute information tendant à faire croire que des impôts d’un montant de 90 milliards de francs CFA auraient été éludés est fausse».

Ousmane Sonko d'insister et de souligner une contradiction dans les propos du frère du chef de l'Etat: "la cession des 90% de Petro Tim à Timis et des déclarations contradictoires de Aliou Sall, gérant de Petro Tim, que ce dernier n’était en réalité qu’une société écran pour Timis. D'ailleurs,  Petro Tim n'a jamais consenti le moindre investissement pour des activités de recherche  ou de développement au Sénégal». 

Pour lui,  de tels montages qui se dénouent toujours avec la transmission des titres à leurs véritables propriétaires, sont sous le coup de la loi fiscale, cette opération doit être imposée au Sénégal» 

«Le gouvernement s’est rendu complice d’une supercherie fiscale qui aura fait perdre au moins 90 milliards de francs CFA au trésor public», a-t-il déploré. 

Aminata Diouf

Lundi 19 Septembre 2016 - 09:21



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter