Affaire Snowden: les Etats-Unis accusent la Chine, mais Obama prend ses distances

Les Etats-Unis n’ont pas caché, ce lundi 24 juin leur mécontentement à l’égard de la Chine et de la Russie pour leur manque de coopération avec les autorités américaines pour stopper la fuite de l’ex-consultant de l'Agence de sécurité nationale (NSA), Edward Snowden. Mais le président américain se garde bien d'intervenir directement dans ce dossier.



Le porte-parole a également critiqué la Russie et lancé un nouvel appel à Moscou pour qu’il expulse Snowden. Barack Obama qui est constamment tenu au courant de la situation s’est limité à dire dans un bref commentaire à la presse que les Etats-Unis étaient en contact avec divers pays pour s’assurer que la loi était respectée.  Le président préfère prendre ses distances avec l’incident, afin de ne pas être associé personnellement au fiasco diplomatique créé par la fuite de l’homme qui en savait trop.
Le porte-parole a également critiqué la Russie et lancé un nouvel appel à Moscou pour qu’il expulse Snowden. Barack Obama qui est constamment tenu au courant de la situation s’est limité à dire dans un bref commentaire à la presse que les Etats-Unis étaient en contact avec divers pays pour s’assurer que la loi était respectée. Le président préfère prendre ses distances avec l’incident, afin de ne pas être associé personnellement au fiasco diplomatique créé par la fuite de l’homme qui en savait trop.
Lors de son point de presse quotidien, le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney a exprimé clairement le mécontentement du gouvernement américain à l’égard de l’attitude de la Russie, et plus encore de Hong Kong et de Pékin.
Il a rappelé que Washington avait envoyé tous les papiers nécessaires à l’extradition d’Edward Snowden, et que Hong Kong n’avait pas soulevé d’objection. Il a déclaré que les Etats-Unis ne croyaient pas que la décision de laisser l’informaticien quitter Hong Kong avait été prise par un simple fonctionnaire de l’immigration. « C’etait un choix délibéré du gouvernement chinois de laisser partir un fugitif en dépit d’un mandat d’arrêt valide, a ainsi regretté ainsi Jay Carney, et cette décision a indubitablement un aspect négatif dans les relations sino-américaines. »
Nouvel appel à Moscou
Le porte-parole a également critiqué la Russie et lancé un nouvel appel à Moscou pour qu’il expulse Snowden. Barack Obama qui est constamment tenu au courant de la situation s’est limité à dire dans un bref commentaire à la presse que les Etats-Unis étaient en contact avec divers pays pour s’assurer que la loi était respectée.
Le président préfère prendre ses distances avec l’incident, afin de ne pas être associé personnellement au fiasco diplomatique créé par la fuite de l’homme qui en savait trop.

Source : Rfi.fr

Dépéche

Mardi 25 Juin 2013 - 12:05



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter