Affaire Titi et Prince Arts : Monopole, désorganisation, amateurisme, manque de productivité dans notre show-biz

La rupture entre la chanteuse et sa maison de production a fait la Une de la presse ces derniers jours. La cause, une simple histoire de divergence sur une date, le 08 mars. Titi veut cette date pour rendre hommage aux femmes, le 08 mars étant la journée internationale de la femme et son dernier album est aussi présenté comme un hymne à la gent féminine, là où Prince Art veut une autre date relativement à une programmation sur l’internationale. Une simple date !



Affaire Titi et Prince Arts : Monopole, désorganisation, amateurisme, manque de productivité dans notre  show-biz
Youssou Ndour a presque à travers le label Prince Arts, un monopole sur la musique sénégalaise et cela ne date pas d’aujourd’hui. C’était aussi le cas avec le label Jololi qui avait monté une bande d’artistes sous l’appellation Jololi Hits Band avec des artistes comme Pape Diouf, Ousmane Gangué, Mbaye Ndiaye, Titi, Fatou Geweul, Assane Mboup, à l’origine Ngoné Ndour, sœur de Youssou Ndour et directrice de ce groupe disait que « l'industrie culturelle est confrontée à un problème de piraterie très grave. La vente de cassettes originales chute considérablement. Les artistes en souffrent. C'est pour pallier ce phénomène que nous avons senti la nécessité de trouver d'autres créneaux pour augmenter les revenus des artistes ». A l’heure du bilan, nous osons dire que grand-chose n’a pas bougé dans ce sens. D’ailleurs Prince Arts a remplacé Jololi, certains parmi les  artistes de l’écurie sont dans leurs propres affaires et d’autres demeurent dans le label de Youssou Ndour. On peut avoir des appréhensions sur les réelles volontés de développer la musique et permettre aux artistes de vivre de leur Art. Même avant Jololi Hits band, Youssou Ndour a travaillé avec des artistes comme Cheikh Lô, Kiné Lam, le groupe Ceedo entre autres et pour tous ces projets aucune suite dans les idées ni dans les réalisations. Et Cheikh Lô était très dur en mots sur la rupture avec Youssou Ndour. Au-delà du simple fait de ne pas respecter ses engagements avec ses partenaires, l’artiste planétaire et actuel ministre-conseiller du président Macky Sall, est présenté comme quelqu’un qui n’a pas de sentiment en matière d’affaires, cela pose problème pour un transmetteur d’espoir et de joie de vivre.


Tout cela montre aussi l’absence d’offres alternatives pour les artistes. Plus de petits producteurs à Sandaga mais surtout une grande boîte comme Origines d’Elhadji Ndiaye avec son studio 2000 s’est presque retirée de la production musicale. Les aînés s’occupent de leurs propres affaires et n’ont pas assez de moyens pour tendre la main à la jeune génération, juste des conseils et de belles paroles. Aujourd’hui D Médias de Bougane Gueye entre dans la danse surtout dans la communication et l’organisation de spectacles. Au-delà de l’environnement économique qui rend les choses difficiles, le climat malsain et le manque de professionnalisme ne facilitent pas la tâche à des producteurs de ce genre et cela n’est pas dans l’intérêt des artistes. Ces derniers doivent réfléchir aussi dans leurs relations à faire dans la production et l’organisation de spectacles qui dépassent leur propre groupe. Sinon, ils vont continuer de demeurer dans une écurie comme celle de Youssou Ndour ou perdre du temps dans le développement de leur carrière.

L’amateurisme est une réalité dans le show-biz, comme nos politiques qui font de leur parti leur propriété, nos quelques orchestres se tiennent juste sur la tête de leur leader qui gère leur propre bizness, la panne d’inspiration du chef est synonyme de la mort du groupe.

Au-delà de toutes les initiatives privées, il faut une volonté politique et des infrastructures, des projets, une organisation, publics pour le développement de la musique sénégalaise, en faire une industrie pour le bien de ceux qui vivent de cela et non seulement pour les intérêts d’un petit groupe. Malheureusement cela n’est pas encore le cas avec beaucoup de nos différents ministres de la culture qui demeurent dans les théories et présentement Macky Sall semble avoir d’autres ambitions qui ne sont pas culturelles avec son ami Youssou Ndour.

Matar Séne

Dimanche 2 Mars 2014 - 13:10



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter