Affaire arraisonnement navire russe: le Sénégal veut contraindre aux soins les blessés qui refusent



Pire que les soucis avec la Gambie. Loin de connaitre l’épilogue, la tension avec la Russie va crescendo. Les autorités sénégalaises qui ont réfuté l’existence de blessés dans l’équipage du bateau de pêche russe « Oleg Naidenov » chercheraient présentement à faire soigner ces derniers par des médecins militaires. Ce dans le but de cacher l’état piteux dans lequel se trouvent les blessés qui refusent.


Leur avocat, Me Assane Dioma Ndiaye de renseigner que le vice-capitaine du bateau est blessé et a le bras cassé. Des blessures qui se sont répandus à d’autres membres de l’équipage dont des bissau-guinéens. Des blessures qui seraient intervenu dans la descente musclée de la marine sénégalaises à bord du navire russe arraisonné le 23 décembre pendant qu’il péchait illégalement dans les eaux sénégalaises et contraint à revenir au port de Dakar le 03 janvier.


Selon le président de la Ligue Sénégalaise de Défense des Droits de l’Homme (LSDH), durant toute la journée d’hier, les autorités sénégalaises ont tenté de négocier pour que ces blessés acceptent de se faire examiner par des médecins militaires de l’hôpital Principal. Offre qu’ils ont déclinée. A en croire la robe noire, les mutilés ont exigé de se faire consulter par un médecin de leur choix. Une affaire loin de connaitre son épilogue.


L’annonce est faite le 25 décembre dernier par le ministre de la Pêche et des Affaires maritimes : « Suite à une opération de surveillance par l’aviation française qui assiste la direction de la protection et de la surveillance de la pêche sénégalaise, quatre (4) navires de pêche industrielle ont été vus au large de la Casamance en pleine action de pêche et deux (2) de ces navires ont été identifiés, le navire 1 s’appelle Olek Naidonov et le 2 lobogomolov. Et ces deux navires dépendent bien de l’agence fédérale de la pêche de Russie. Il y a deux autres navires qui ont caché leur identité et qui n’ont pas pu être photographié ».

 
Avant qu’Ali Haïdar ne fasse part de ces fermes représailles. « Maintenant nous allons procéder à l’arraisonnement de ces bateaux et bien sûr nous allons aussi saisir à la fois de l’ambassade de Russie et cette agence fédérale qui pêche illégalement au large de nos côtes. Nous les avons identifiés, nous les avons bien localisé sur le GPS, l’avion militaire français est formel et maintenant les choses vont suivre leur cours ». Depuis lors le Sénégal et la Russie sont au bord de la crise diplomatique. 


Mercredi 8 Janvier 2014 - 12:41



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter