Affaire des « Faux Diplômes »: La face cachée d’un naufrage collectif

Une note explicative du Directeur de la Scolarité de l’Université Félix Houphouët-Boigny (ex Université de Cocody) confirme l’authenticité du diplôme d’anesthésiste-réanimateur du docteur El Hadi Hachem Diab de la Clinique du Cap. Un document qui met fin à ce qui ressemble à un naufrage collectif d’autant que celui-ci était bien seul dans son combat, lui dont l’Ordre des médecins a ignoré les lettres avant que le ministre de la Santé ne le suspende purement et simplement.



Affaire des « Faux Diplômes »: La face cachée d’un naufrage collectif
Le 21 avril dernier, le docteur Youssoupha Diallo a été condamné à six mois d'emprisonnement avec sursis et a payer 10 millions de F CFA au docteur El Hadji Hachem Diab, son associé dans la Sarl Clinique du Cap, qu’il accusait de possession de faux diplômes. A vrai dire, ce rebondissement n’est que la face visible de l’iceberg du naufrage des accusateurs du docteur Hachem Diab El Hadji qui  juraient qu’il n’était pas diplômé de médecine générale, de médecine d’urgence et d’anesthésie.
 
Selon « Libération », une preuve formelle atteste de l’authenticité de ses diplômes, ce qui réduit en cendres un arrêté pris par le ministère de la Santé et de l’Action sociale et suspendant partiellement ce dernier.
 
Une lettre adressée à l’Ordre des médecins restée sans suite. A la suite des accusations du docteur Youssoupha Diallo, El Hadji Hachem Diab avait saisi, le 17 juin dernier, le conseil de l’Ordre national des médecins du Sénégal pour l’informer de la situation à la Clinique du Cap. Ce qu’il ignorait, c’est que M. Diallo avait déjà adressé une lettre au président de l’Ordre, le docteur Alpha Bocar Sy, l’accusant d’exercer sa spécialité avec de faux diplômes. Cet épisode restera sans suite jusqu’au 22 javier 2016, date à la quelle une nouvelle convocation sera servie au docteur Hachem El Hadji, invité à se présenter de nouveau au ministère de la Santé, muni de ses diplômes.
 
C’est ainsi qu’il présentera à Eva Marie Coll Seck qui était en tournée du président du Conseil  de l’Ordre et du directeur des affaires administratives et financière dudit département. La note explicative qui démolit tout. En attendant le verdict, il est établi aujoud’hui que ce dernier est dans son droit et pour cause. Le 19 février 2016, son conseil, Me Aissata Tall Sall, a reçu de son collègue Me Mohamed Faye, du Barreau d’Abidjan, la réponse du service général de la scolarité de la Faculté de médecine d’Abidjan d’où le docteur Hachem Diab ElHadji disait avoir obtenu ses diplômes mis en cause. Dans ce document, il établi de façon définitive l’authenticité du diplôme d’anesthésie-réanimation obtenu en décembre 1993 par le docteur Hachem Diab El Hadi à Abidjan (Côte d’Ivoire) ainsi que le caractère erroné du fameux deuxième diplôme daté de 1998 qui serait du toc.
 


Mardi 26 Avril 2016 - 10:37



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter